Le Premier ministre pakistanais exhorte les gouvernements à lutter contre la haine et l’extrémisme en ligne après Londres, en Ontario. attaque de camion

Vues: 2
0 0
Temps de lecture:3 Minute, 58 Second

Le premier ministre pakistanais Imran Khan appelle les dirigeants mondiaux à sévir contre la haine et l’extrémisme en ligne à la suite de l’attaque meurtrière d’un camion à Londres, en Ontario. – fait actuellement l’objet d’une enquête par les autorités en tant qu’acte terroriste possible.

Quatre personnes ont été tuées et un garçon de neuf ans a été grièvement blessé lorsqu’ils ont été renversés par une camionnette dimanche soir.

La police a déclaré que la famille était ciblée parce qu’elle était musulmane. La famille a déménagé au Canada du Pakistan en 2007.

« Tout le monde est choqué de [Pakistan], parce que nous avons vu la photo de famille, et donc une famille ciblée comme ça a eu un impact profond au Pakistan », a déclaré Khan à la correspondante politique en chef de la CBC, Rosemary Barton.

Khan, ancien capitaine de l’équipe nationale de cricket du Pakistan, est entré en politique peu de temps après sa retraite du sport en 1992 et est devenu Premier ministre du Pakistan en 2018.

Vous pouvez regarder l’intégralité de l’interview exclusive sur Rosemary Barton en direct, qui est diffusé le dimanche matin à 10 h HE sur CBC News Network et sur Gem, le service de diffusion en continu de CBC.

« Je pense qu’il devrait y avoir une action très stricte contre cela », a déclaré Khan à propos de la radicalisation en ligne.

« Quand il y a ces sites Web haineux qui créent la haine parmi les êtres humains, il devrait y avoir une action internationale contre eux. »

La radicalisation en ligne, un facteur dans les récents massacres

Alors que les enquêteurs n’ont pas encore déterminé si l’accusé, Nathaniel Veltman, 20 ans, a participé à une activité en ligne qui encourageait l’extrémisme ou la violence, Khan a déclaré que le récent schéma de terreur domestique dans les pays occidentaux exige une attention accrue à la radicalisation en ligne.

Les auteurs d’autres meurtres de masse récents, tels que l’attaque à l’arme à feu dans une mosquée de Québec en 2017 et l’attaque à la fourgonnette de la rue Yonge à Toronto en 2018, ont participé à des activités en ligne qui, selon les enquêteurs, auraient contribué à leur radicalisation.

Khan a déclaré qu’il avait soulevé la question avec le premier ministre Justin Trudeau. Il a décrit Trudeau comme un leader qui comprend l’importance de lutter contre la haine et l’islamophobie en ligne, bien qu’il ait déclaré que d’autres dirigeants n’avaient pas encore pris le même engagement.

Yumna Afzaal, 15 ans, à gauche, Madiha Salman, 44 ans, centre gauche, Talat Afzaal, 74 ans, et Salman Afzaal, 46 ans, à droite, étaient sortis pour une promenade nocturne lorsqu’ils ont été écrasés par un homme qui, selon la police, était motivé par des anti- La haine musulmane. (Soumis par la famille Afzaal)

« Les dirigeants mondiaux, chaque fois qu’ils décident d’agir, cela sera traité », a déclaré Khan.

« Le problème, c’est qu’en ce moment, il n’y a pas assez de motivation et que certains dirigeants internationaux, ou des dirigeants des pays occidentaux, ne comprennent en fait pas ce phénomène. »

Le Canada accueillera un sommet sur l’islamophobie cet été

Trudeau s’est engagé à sévir contre les discours de haine en ligne lorsqu’il a présenté une nouvelle charte numérique en 2019, bien que les critiques disent qu’Ottawa a mis du temps à mettre en œuvre des changements qui pourraient arrêter la radicalisation en ligne.

Le gouvernement est désormais prêt à s’attaquer à nouveau à l’islamophobie. Les députés ont voté aujourd’hui en faveur d’une proposition du NPD de tenir un sommet d’urgence sur l’islamophobie d’ici la fin juillet.

Le chef néo-démocrate Jagmeet Singh a déclaré que le Canada doit faire face à la menace de la suprématie blanche et de la radicalisation d’extrême droite et apporter des changements de politique à tous les niveaux de gouvernement pour empêcher une autre attaque.

Alors que Khan a déclaré qu’il était « principalement d’accord » avec Trudeau et sa position sur l’extrémisme, il a également exprimé sa préoccupation concernant certaines lois canadiennes qui, selon lui, contribuent à l’islamophobie.

Khan a décrit le projet de loi 21 du Québec – qui interdit aux fonctionnaires, y compris les enseignants et les policiers, de porter des symboles religieux au travail – comme une forme « d’extrémisme laïc » qui conduit à l’intolérance envers les musulmans.

« Vous voulez que les humains soient fondamentalement libres d’exprimer ce qu’ils veulent, tant que cela ne cause pas de douleur et de mal à d’autres êtres humains », a déclaré Khan.



#Premier #ministre #pakistanais #exhorte #les #gouvernements #lutter #contre #haine #lextrémisme #ligne #après #Londres #Ontario #attaque #camion

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *