Le Canada annule les permis d’exportation d’armes de haute technologie vers la Turquie

Vues: 12
0 0
Temps de lecture:4 Minute, 36 Second

Le gouvernement fédéral a annulé les licences d’exportation d’armes pour les systèmes de drones de haute technologie de la Turquie après qu’un examen a trouvé des «preuves crédibles» que la technologie canadienne a été détournée vers l’Azerbaïdjan sans le consentement d’Ottawa et a été utilisée dans les combats au Haut-Karabakh l’automne dernier, a déclaré le ministre des Affaires étrangères Marc Garneau dit aujourd’hui.

Le Canada a suspendu les permis d’exportation de biens et de technologies militaires vers la Turquie en octobre dernier en réponse à des informations selon lesquelles l’Azerbaïdjan utilisait des systèmes d’acquisition optique et d’objectif fabriqués au Canada dans son offensive militaire contre les forces arméniennes dans la région séparatiste du Haut-Karabakh.

Fin octobre, des responsables arméniens ont exposé l’épave d’un drone de combat turc Bayraktar TB2 abattu par les forces arméniennes au-dessus de la région peuplée arménienne contestée.

Les responsables de la défense arménienne ont déclaré que le drone de surveillance et d’attaque était équipé d’une caméra et d’un système d’acquisition d’objectifs de pointe produits par L3 Harris WESCAM à Burlington, en Ontario.

Ces rapports ont incité les fonctionnaires fédéraux à enquêter sur les allégations selon lesquelles la Turquie avait détourné la technologie canadienne vers l’Azerbaïdjan en violation directe de son accord d’utilisateur final avec le Canada.

«  Preuve crédible  »

«À la suite de cet examen, qui a trouvé des preuves crédibles que la technologie canadienne exportée vers la Turquie était utilisée au Haut-Karabakh, j’annonce aujourd’hui l’annulation des permis qui ont été suspendus à l’automne 2020», a déclaré Garneau dans un communiqué.

« Cette utilisation n’était pas conforme à la politique étrangère canadienne, ni aux assurances d’utilisation finale données par la Turquie. »

Garneau a déclaré qu’il s’était également entretenu avec son homologue turc Mevlut Cavusoglu pour « réitérer l’inquiétude du Canada ».

Ottawa et Ankara « doivent initier un mécanisme de dialogue entre les responsables canadiens et turcs pour renforcer la confiance mutuelle et une plus grande coopération sur les permis d’exportation afin d’assurer la cohérence avec les garanties d’utilisation finale avant que d’autres permis pour les produits et technologies militaires ne soient délivrés », a ajouté Garneau.

« La Turquie est un allié important de l’OTAN et les candidatures liées aux programmes de coopération de l’OTAN seront évaluées au cas par cas. »

Le président turc Recep Tayyip Erdogan, à gauche, accueille le premier ministre Justin Trudeau au sommet du G20 à Antalya, en Turquie, le dimanche 15 novembre 2015. (Lefteris Pitarakis / Associated Press)

Sevag Belian, directeur exécutif du Comité national arménien du Canada (ANCC), a déclaré que la communauté arménienne du Canada considère l’annulation des licences d’exportation d’armes comme un pas dans la bonne direction.

« Nous étudions toujours le rapport de près et continuons de travailler avec les représentants du gouvernement et appelons Ottawa à faire en sorte que cette erreur ne se répète jamais et que le Canada s’abstienne de faire des affaires avec des dictatures impénitentes comme la Turquie et l’Azerbaïdjan à l’avenir », a déclaré Belian.

Cesar Jaramillo, directeur exécutif du chien de garde du contrôle des armements Project Ploughshares, a également salué la décision d’Ottawa.

«Il s’agit d’une évolution positive et, compte tenu du poids de la preuve, la seule voie disponible pour que le Canada se conforme aux contrôles des armements nationaux et internationaux», a déclaré Jaramillo.

«On s’interroge sur la vigilance d’Ottawa à l’égard des exportations d’armes canadiennes, car ce sont la société civile et les médias qui ont d’abord attiré l’attention sur le détournement d’armes canadiennes par la Turquie – et non le gouvernement canadien, qui dispose de meilleures ressources et d’un accès aux mêmes informations open source. « 

L’annulation, a-t-il ajouté, soulève également des questions sur la cohérence des politiques à Affaires mondiales Canada, puisque le Canada reste déterminé à armer l’Arabie saoudite.

Le gouvernement Trudeau est toujours confronté à des questions quant à sa décision d’approuver les permis d’exportation vers la Turquie en premier lieu.

Le Canada a suspendu la délivrance de nouveaux permis d’exportation vers la Turquie en octobre 2019, à la suite de l’incursion militaire d’Ankara dans les zones contrôlées par les Kurdes du nord-est de la Syrie.

Mais le gouvernement libéral est soudainement revenu sur sa décision et a approuvé les permis d’exportation pour les capteurs WESCAM à la suite d’un appel téléphonique entre le premier ministre Justin Trudeau et le président turc Recep Tayyip Erdogan à la fin du mois d’avril 2020.

De nombreux experts militaires affirment que les drones turcs et israéliens – dont certains seraient également équipés de capteurs WESCAM – ont joué un rôle important dans la victoire de l’Azerbaïdjan dans la guerre de 44 jours qui a tué au moins 6000 personnes des deux côtés.

La Turquie revendique le double standard

L’opposition a accusé le gouvernement libéral de céder sous la pression du lobbying du gouvernement turc et a convoqué des auditions parlementaires sur la question.

Le Comité permanent des affaires étrangères et du développement international tiendra une autre réunion mardi pour examiner la décision d’accorder des licences d’exportation d’armes à la Turquie.

La Turquie a accusé le Canada de maintenir un double standard, soulignant la poursuite de ses livraisons d’armes à l’Arabie saoudite malgré le rôle de premier plan de ce pays dans le conflit au Yémen et son piètre bilan en matière de droits de la personne.

« Nous nous attendons à ce que nos alliés de l’OTAN évitent des mesures non constructives qui affecteront négativement nos relations bilatérales et saperont la solidarité de l’alliance », a déclaré une déclaration de l’ambassade de Turquie à Ottawa.

#Canada #annule #les #permis #dexportation #darmes #haute #technologie #vers #Turquie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *