La vie des navires de croisière redémarre à Venise, mais tous ne se réjouissent pas de son retour

Vues: 5
0 0
Temps de lecture:4 Minute, 6 Second

Le premier bateau de croisière quittant Venise depuis le début de la pandémie de COVID-19 devrait partir samedi au milieu des protestations d’activistes exigeant que les énormes navires soient réacheminés en permanence hors de la lagune fragile – en particulier le canal de la Giudecca à travers le centre historique de la ville – en raison de l’environnement et de la sécurité des risques.

Le gouvernement du Premier ministre italien Mario Draghi s’est engagé l’hiver dernier à sortir les navires de croisière de la lagune de Venise, mais atteindre cet objectif prendra du temps.

Même une solution provisoire n’est pas probable avant 2022, et sortir les navires du lagon pourrait prendre des années.

Venise est devenue l’une des destinations de croisière les plus importantes au monde au cours des deux dernières décennies, servant de point de redressement lucratif pour 667 navires de croisière en 2019 transportant près de 700 000 passagers, selon la Cruise Lines International Association (CLIA).

Les passagers arrivant samedi pour la croisière d’une semaine à bord du MSC Orchestra de 92 409 tonnes et 16 ponts ont été accueillis au port par des panneaux indiquant « Welcome Back Cruises ».

Les touristes se promènent à Venise samedi. (Miguel Medina/AFP/Getty Images)

Antonella Frigo de la ville voisine de Vicence a vu sa date de départ retardée à plusieurs reprises en raison de la pandémie et était ravie de pouvoir enfin partir en vacances.

Mais elle était également sensible à la nécessité de déplacer les énormes navires du centre de Venise.

« J’ai toujours dit qu’ils devraient être déplacés, mais je suis désolé, je dois partir de Venise, car je viens des environs », a déclaré Frigo, après avoir été déposé avec un compagnon près du terminal de croisière.

« Mais j’espère qu’ils pourront être déplacés. Je me demande, n’est-il pas possible d’arriver sans une autre solution, pour qu’ils ne passent pas là où ils ne devraient pas ? »

Rejet après des incidents très médiatisés

La longue bataille sur les navires de croisière à Venise s’est intensifiée après le bateau de croisière Costa Concordia a coulé au large de la Toscane en 2012, tuant 32 passagers et membres d’équipage.

Et il s’est aiguisé après un autre navire, le MSC Opera, heurté un quai et un bateau touristique, blessant cinq personnes, lors d’une manœuvre dans le canal de la Giudecca il y a deux ans cette semaine.

Les militants de «No Big Ships» organisent une manifestation alors que le bateau de croisière MSC Orchestra quitte Venise samedi. (Antonio Calanni / The Associated Press)

Au cours de toutes ces années, aucune alternative viable n’a jamais vu le jour.

L’association commerciale de l’industrie des croisières a déclaré qu’elle soutenait le déplacement de plus gros navires vers d’autres zones pour éviter de traverser le canal de la Giudecca, mais soutient que les navires de croisière ont toujours besoin d’accéder à la lagune de Venise.

« Nous ne voulons pas être un méchant d’entreprise », a déclaré Francesco Galietti de CLIA Italie. « Nous ne pensons pas que nous devrions être traités comme tels. Nous pensons que nous sommes bons envers les communautés. »

Galietti a déclaré que les navires de croisière ne représentent qu’un faible pourcentage du tourisme à Venise, environ cinq pour cent, et que de nombreux passagers ajoutent des séjours à une extrémité de leur croisière, contribuant en moyenne 200 $ par jour à l’économie dépendante du tourisme de la ville.

Avant la pandémie, Venise luttait contre le surtourisme, faisant face à 25 millions de visiteurs par an. Il était sur le point d’imposer une taxe sur les excursionnistes avant que la pandémie ne frappe, coupant brusquement le tourisme.

Pas de solution miracle

A Rome, le gouvernement a déclaré qu’il organisait des appels d’offres pour une alternative viable en dehors de la lagune, qui devraient être publiés d’un jour à l’autre.

Pourtant, même une route alternative provisoire vers le canal de la Giudecca ne sera pas prête avant l’année prochaine, a déclaré le ministère italien des Infrastructures et de la Mobilité durable à l’Associated Press.

Des passagers se tiennent sur le pont du bateau de croisière MSC Orchestra au départ de Venise samedi. (Antonio Calanni / The Associated Press)

« En attendant, en 2022, à titre de solution temporaire, un certain nombre de navires pourront accoster à Marghera, soulageant le trafic via Venise », a indiqué le ministère.

Marghera, un port industriel à l’ouest de Venise qui se trouve toujours dans la lagune, devra allonger les jetées existantes pour accueillir de plus gros navires et draguer un canal à l’approche, selon des responsables de l’industrie des croisières.

Alors que certaines compagnies de croisières ont expérimenté Trieste à l’ouest ou Ravenne au sud comme points de débarquement pour ceux qui visitent Venise pendant la pandémie, les responsables de l’industrie affirment que la ville lagunaire avec 1 600 ans d’histoire reste un port d’escale clé pour les croisières dans le Mer Adriatique et Méditerranée orientale.

#vie #des #navires #croisière #redémarre #Venise #mais #tous #réjouissent #pas #son #retour

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *