Des diplomates clés, dont l’ambassadeur du Canada, signalent leur soutien au Premier ministre désigné d’Haïti

Vues: 4
0 0
Temps de lecture:2 Minute, 8 Second

Un groupe clé de diplomates internationaux a semblé samedi snober l’homme qui dirige actuellement Haïti en exhortant un autre homme politique, le Premier ministre désigné, à former un gouvernement à la suite de l’assassinat du président Jovenel Moïse.

Le Premier ministre par intérim Claude Joseph a dirigé Haïti avec le soutien de la police et de l’armée, malgré le fait que Moïse ait annoncé son remplacement un jour avant d’être assassiné.

Joseph et ses alliés soutiennent que le successeur désigné, Ariel Henry, n’a jamais prêté serment, mais il s’est engagé à travailler avec lui et Joseph Lambert, le chef du Sénat inactif d’Haïti.

Une déclaration a été publiée par le Core Group, qui comprend des ambassadeurs en Haïti du Canada, de l’Allemagne, du Brésil, de l’Espagne, des États-Unis, de la France, de l’Union européenne et des représentants des Nations Unies et de l’Organisation des États américains.

Le groupe a appelé à la création d’un « gouvernement consensuel et inclusif ».

« A cet effet, il encourage vivement le Premier ministre désigné Ariel Henry à poursuivre la mission qui lui a été confiée de former un tel gouvernement », a indiqué le groupe.

Les responsables des États-Unis et de l’ONU n’ont pas pu être contactés dans l’immédiat pour commenter. Henry et les porte-parole de Joseph et de l’OEA n’ont pas immédiatement renvoyé les messages demandant des commentaires.

Le groupe a également demandé que « tous les acteurs politiques, économiques et de la société civile du pays soutiennent pleinement les autorités dans leurs efforts pour rétablir la sécurité ».

Moïse a été tué le 7 juillet par des hommes armés qui ont fait une descente dans sa maison privée lors d’une attaque qui, selon les autorités, impliquait des Haïtiens, des Haïtiens-Américains et d’anciens soldats colombiens.

Un jour plus tard, le porte-parole du département d’État américain, Ned Price, a noté que Joseph était le titulaire du poste et occupait le poste de Premier ministre par intérim avant l’assassinat. « Nous continuons à travailler avec Claude Joseph en tant que tel », a-t-il déclaré.

Le 11 juillet, une délégation de représentants du Département américain de la justice, du Département de la sécurité intérieure, du Département d’État et du Conseil national de sécurité s’est rendue en Haïti. Ils ont passé en revue les infrastructures essentielles, se sont entretenus avec la Police nationale haïtienne et ont rencontré Joseph, Henry et Lambert lors d’une réunion conjointe.

L’ambassade du Canada en Haïti et Affaires mondiales Canada n’ont pas immédiatement répondu aux demandes de commentaires.

#Des #diplomates #clés #dont #lambassadeur #Canada #signalent #leur #soutien #Premier #ministre #désigné #dHaïti

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *