Les grandes sociétés du TSX ont triplé le nombre de membres noirs du conseil d’administration au cours de la dernière année, mais il n’y en a encore que 26

Vues: 6
0 0
Temps de lecture:5 Minute, 38 Second

Le nombre de membres noirs au sein des conseils d’administration des 100 plus grandes entreprises de la Bourse de Toronto par capitalisation boursière a plus que triplé au cours de la dernière année, selon CBC News. Il y a au moins 26 membres actuels du conseil d’administration des Black, et 18 ont été nommés depuis juillet 2020.

En supposant que le nombre total de sièges au conseil d’administration soit resté relativement constant, cela représente une augmentation de 0,7 pour cent à 2,35 pour cent.

CBC News a utilisé les sites Web des entreprises et les dossiers publics pour identifier les membres du conseil d’administration noir et a fait confirmer cette information par chaque entreprise dans la mesure du possible, bien que certaines n’aient pas répondu.

L’un de ces nouveaux membres du conseil d’administration est Lori-Ann Beausoleil.

« Jamais de ma vie je n’ai vu une telle prise de conscience de la criticité et de l’importance de la diversité », a déclaré Beausoleil, consultante d’entreprise de haut niveau qui a quitté son poste d’associée chez PricewaterhouseCoopers après près de 40 ans pour rejoindre les conseils d’administration de plusieurs sociétés cotées en bourse. à la Bourse de Toronto.

« Il n’y a pas de rôle plus important qui peut avoir un impact pour le changement qu’un conseil d’administration », a-t-elle déclaré.

Les PDG invités à s’engager sur des objectifs d’embauche de cadres noirs

Les obstacles auxquels sont confrontés les Noirs dans tous les aspects de leur vie sont passés au premier plan au cours de la dernière année. Le meurtre de George Floyd, qui a été tué par un policier de Minneapolis en mai 2020, a déclenché des protestations aux États-Unis et au Canada sur des problèmes de police et d’autres injustices sociales.

Mais l’attention s’est également portée sur le monde de l’entreprise, après que des entreprises se soient alignées pour soutenir le mouvement Black Lives Matter mais fait face à des critiques lorsque ces mots n’ont été suivis d’aucune action tangible.

Au Canada, une coalition de chefs d’entreprise a lancé le Initiative Noir Nord l’été dernier pour lutter contre le racisme systémique anti-noir et donner aux entreprises un plan de match pour le faire.

BlackNorth encourage les PDG à signer son engagement, qui comprend l’engagement envers un objectif d’au moins 3,5 pour cent des postes de direction et de conseil basés au Canada étant occupés par des dirigeants noirs d’ici 2025.

« La prochaine génération se tourne vers nous pour dire : ‘Eh bien, regardez ce qu’ils ont fait. Ils ont eu une crise et ils en ont fait une opportunité’ », a déclaré Dahabo Ahmed-Omer, directeur exécutif de BlackNorth Initiative.

Dahabo Ahmed-Omer, directeur exécutif de l’Initiative BlackNorth, a déclaré que plus de 500 PDG ont signé son engagement, qui comprend un engagement envers un objectif d’au moins 3,5% des postes de direction et de conseil basés au Canada occupés par des dirigeants noirs d’ici 2025. (Robyn Miller/CBC)

Elle estime que les entreprises dans l’ensemble au Canada sont encore loin de leur objectif de 3,5 pour cent et bien en deçà de la représentation noire de CBC parmi les 100 premières entreprises. BlackNorth est en train de collecter ses propres données sur le nombre de cadres noirs depuis le lancement de l’initiative et prévoit de les rendre disponibles en juillet.

« Je pense qu’il est important de pouvoir se dire que ça va prendre du temps », a déclaré Ahmed-Omer d’Ottawa.

Mais elle a déclaré que de plus en plus d’entreprises signaient l’engagement chaque semaine, avec plus de 500 signataires à ce jour – y compris des entreprises privées et publiques, des hôpitaux, des universités et même des associations d’étudiants.

Ahmed-Omer a déclaré que, pour l’anecdote, elle voit également plus de personnes dans son réseau publier des informations sur les nouveaux rôles de direction qu’elles ont commencés.

« Tous les deux jours, je vais sur LinkedIn et je vois une nouvelle annonce – je vois une femme noire et je souris jusqu’aux oreilles parce que je me dis : ‘C’est moi. C’est ma sœur. C’est ma nièce qui a neuf ans ,' » elle a dit.

« La réalité est que notre diversité est, en fait, un atout. »

Les dirigeants d’entreprise souvent « recyclés »

L’embauche de haut niveau pour des postes de direction et des postes au conseil d’administration est encore souvent limitée à qui vous connaissez.

« Les gens ouvrent le Rolodex et cherchent à voir qui est là-dedans, et une grande partie du leadership au fil des ans a été recyclé à cause de cela », a déclaré Jason Murray, qui a lancé BIPOC Executive Search à Toronto en juillet dernier, inspiré par l’initiative BlackNorth.

Jason Murray, qui a lancé BIPOC Executive Search l’été dernier, dit qu’il est surtout encouragé par les entreprises qui suivent et fixent ouvertement des objectifs pour elles-mêmes et refont les politiques de l’entreprise. (Jacqueline Hansen / CBC)

Murray a déclaré qu’il avait espéré travailler avec des entreprises pour trouver des placements pour 40 ou 50 personnes au cours de sa première année, mais il en a déjà placé 70 dans divers secteurs.

« Nous faisons quelque chose qui est si nécessaire sur le marché », a-t-il déclaré.

Murray a déclaré qu’il est plus encouragé par les entreprises qui suivent et se fixent ouvertement des objectifs et refont les politiques de l’entreprise.

« Certaines autres entreprises semblent très bien intentionnées, mais doivent s’assurer qu’elles l’intègrent dans leur culture et qu’elles l’intègrent dans leurs politiques et procédures afin qu’elles soient durables. Il ne s’agit donc pas simplement d’une réaction instinctive dans un moment dans le temps. »

Laisser un héritage

La durabilité est un défi que Beausoleil a également en vue alors qu’elle assume ses nouveaux rôles au sein du conseil d’administration. Elle dit que cela commence par une culture inclusive qui garantit que les gens peuvent être eux-mêmes authentiques et authentiques.

« Parfois, les gens ne lèvent pas la main parce qu’ils sentent qu’ils n’appartiennent pas », a-t-elle déclaré.

Beausoleil a déclaré qu’elle prévoyait également de faire tout ce qui était en son pouvoir pour garder la porte ouverte derrière elle afin de s’assurer que des dirigeants plus diversifiés puissent suivre.

« Je peux donc être assise un jour en pleine retraite et voir la beauté d’une mosaïque sur ces conseils d’administration et ces équipes de direction. C’est mon rêve », a-t-elle déclaré.

« Ce serait l’héritage le plus puissant que je puisse avoir. »

Pour plus d’histoires sur les expériences des Canadiens noirs – du racisme anti-noir aux histoires de réussite au sein de la communauté noire – consultez Être noir au Canada, un projet de CBC dont les Canadiens noirs peuvent être fiers. Vous pouvez lire plus d’histoires ici.

(SRC)

#Les #grandes #sociétés #TSX #ont #triplé #nombre #membres #noirs #conseil #dadministration #cours #dernière #année #mais #encore

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *