Une excursion en canoë solo ambitieuse sur la rivière Miramichi sera présentée dans un nouveau documentaire

Vues: 5
0 0
Temps de lecture:5 Minute, 7 Second

Un homme de Doaktown dit qu’il a une nouvelle appréciation de la rivière Miramichi après avoir terminé un voyage en canot en solo de 225 kilomètres.

« La Miramichi est une rivière absolument magnifique », a déclaré Dillon Anthony. « Surtout en couvrant une grande partie. »

« Ça change à chaque minute. »

Il y avait « quelques défis », a-t-il dit, « mais cela en valait la peine ».

Le photographe et musicien, connu comme membre du groupe Kill Chicago, travaille actuellement sur un documentaire sur l’expérience, intitulé Demi-lune à la mer. C’est son premier grand projet vidéo autodirigé.

« Je veux que tout le monde reconnaisse la beauté de cette région et de la Miramichi, mais aussi que nous avons tous de la beauté dans nos propres cours », a déclaré Anthony.

« Tout le monde a de la beauté autour d’eux. Ils doivent juste commencer à la chercher. »

Anthony est parti de Half Moon Cove près de Deersdale dans l’après-midi du 17 mai.

Anthony sur l’eau avec son équipement rangé en toute sécurité. (Soumis par Dillon Anthony)

Une équipe de tournage était présente pour le lancement.

Anthony a également fait beaucoup d’enregistrements en cours de route. Il avait quelques caméras attachées au canoë, quelques autres dans des boîtiers étanches et un drone.

L’équipage l’a rencontré le troisième jour à la passerelle de Priceville et à la fin de son voyage dans la baie de Miramichi.

« Cela a pris six jours et pas mal de planification », a-t-il déclaré, « mais j’y suis parvenu. »

Anthony a grandi à quelques centaines de mètres de la rivière Main Southwest Miramichi et a passé beaucoup de temps à faire du canot lorsqu’il était enfant. Beaucoup de membres de sa famille étaient des guides de rivière.

L’eau plus agitée en amont a présenté une aventure attrayante.

« La première section de Deersdale et Halfmoon Cove à Bloomfield près de Boiestown est assez sauvage », a déclaré Anthony.

Anthony navigue dans des rapides sur le sud-ouest de Miramichi. (Soumis par Dillon Anthony)

Il a fait un essai de la section la plus difficile l’été dernier avec son partenaire pour se préparer.

« Nous avons pu voir tous les rapides les plus difficiles. »

Il a également rencontré le président de Canoe/Kayak Nouveau-Brunswick pour se familiariser avec la sécurité.

« Donc, je me sentais vraiment équipé pour ça. »

Pourtant, il s’est assuré que son équipement était rangé en toute sécurité dans des conteneurs étanches.

Anthony a déclaré qu’il n’avait finalement pas eu d’appels rapprochés où il pensait qu’il pourrait basculer, mais il y avait « certainement quelques rapides difficiles », où il s’est retrouvé à faire des « manœuvres rapides » et a dû « serrer autour des rochers ».

« Physiquement, les premiers jours ont été difficiles », a-t-il déclaré.

Et il y avait un point qui semblait « dangereux ».

C’était sa première soirée sur la rivière et il était « au milieu des rapides de la Company Line » lorsque « des éclairs ont commencé à tomber ».

Il a dû décider s’il devait tenter une sortie à mi-chemin sur une pente rocheuse ou pousser encore 15 minutes jusqu’au camp des Rangers.

« Heureusement, » dit-il, « la foudre était assez loin pour être juste intimidante, mais pas trop dangereuse. »

« Je suis arrivé au camp sain et sauf, juste au moment où le ciel s’ouvrait et qu’il commençait à pleuvoir! »

Un matin brumeux près du Ranger Camp. (Soumis par Dillon Anthony)

Les vents contraires ont posé un autre défi.

Les plus forts sont arrivés le jour 3 et ont ralenti sa progression « drastiquement » sur un tronçon de 50 km de Trout Brook Falls à Doaktown.

Il a eu recours à des polémiques et à d’autres mesures désespérées.

« J’ai même essayé de demander au vent : ‘Pourquoi ne viens-tu pas avec moi ? Je pars par là !’ … Cela n’a pas fonctionné non plus. »

Outre la pagaie, il y avait d’autres tâches délicates, telles que la mise en place des prises de vue, le fonctionnement des caméras et le maintien de toutes les batteries rechargées à l’aide d’un parc de batteries et d’un panneau solaire.

Mais « tout n’a pas été super épuisant », a déclaré Anthony.

Pagayer sous le pont de la Route 8 à Doaktown. (Soumis par Dillon Anthony)

Certaines sections de la rivière étaient relativement relaxantes.

Le quatrième soir, il s’est «senti complètement en sécurité» alors qu’un léger vent arrière le poussait le long de la rivière calme en direction de Blackville.

« L’eau ressemblait à du verre et la lune était suffisamment brillante pour que je puisse naviguer. »

C’est alors qu’il a eu une rencontre surprise avec des gens sympathiques au bord de la rivière, qui lui ont offert à manger et à boire et un endroit où passer la nuit.

« Des gens formidables le long de la rivière », a-t-il déclaré.

Il y avait plus de repos et de détente lorsqu’il est arrivé au centre-ville de Newcastle et a pu entrer dans un Tim Hortons avec tout son équipement et prendre une pause-café.

Il était excité de voir les tronçons inférieurs qu’il n’avait jamais ramés auparavant.

C’était un après-midi gris quand Anthony est arrivé dans la baie de Miramichi le 22 mai. (Soumis par Dillon Anthony)

Mais les choses se sont encore compliquées vers la fin du voyage, lorsqu’il « a eu à faire face à l’influence des marées de l’océan ».

Il y avait de nombreux virages qu’il pensait être les derniers, mais la rivière a continué jusqu’à ce qu’il arrive finalement au pont Bartibog le 22 mai à 15 heures.

« Vous savez, c’était un peu une surprise, comme ‘Oh ! Je suis là ! Regarde ça !’

« Je suis sorti à l’embouchure de la baie alors que les marées me tiraient vers la mer. J’ai même pu surfer quelques vagues. »

Anthony espère avoir fait quelques montages de son documentaire d’ici la fin de l’été, afin de pouvoir les envoyer dans des festivals de cinéma.

Dans les prochains mois, il prévoit également d’écrire la musique de la musique du film et de mener quelques interviews supplémentaires.

Il a une page Facebook intitulée « Half Moon to the Sea » pour toute personne intéressée à suivre ses progrès.

#Une #excursion #canoë #solo #ambitieuse #sur #rivière #Miramichi #sera #présentée #dans #nouveau #documentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *