Résilience et appartenance : 7 artistes réfléchissent au Mois national de l’histoire autochtone

Vues: 4
0 0
Temps de lecture:9 Minute, 33 Second

Les sept artistes qui présentent leurs talents artistiques en juin pendant le Mois national de l’histoire autochtone sont, en partant du haut à gauche dans le sens des aiguilles d’une montre : Jacenia Desmoulin, Patrick Hunter, Naomi Peters, Ziibiikwans, Mikaila Stevens, Brent Beauchamp et Simon Brascoupé. (Jacenia Desmoulin, Bliss Thompson, Naomi Peters, Lucas Dunkley, Mikaila Stevens, Brent Beauchamp, Jean Levac)

Juin est le Mois national de l’histoire autochtone, et CBC Ontario s’est associée à sept artistes autochtones pour mettre en valeur la richesse du talent, de la diversité et de la culture à travers la province.

À travers l’illustration, chaque artiste dépeint son interprétation de la communauté, du Mois national de l’histoire autochtone (NIHM) et de la Journée nationale des peuples autochtones (NIPD).

Remarque : Les réponses ont été modifiées pour des raisons de longueur et de clarté.

Jacenia Desmoulin, Première Nation Biigtigong Nishnaabeg, artiste Anishnaabe, graphiste

La signification de sept par Jacenia Desmoulin. (Jacenia Desmoulin)

S’il vous plaît partager l’inspiration derrière votre conception.
J’ai choisi ces personnages car ce sont des enseignements connus et reconnus. Ils se fondent et continuent l’un dans l’autre : l’île de la Tortue, la septième prophétie du feu, les sept enseignements du grand-père et sept générations.

Que représente cette conception ?
Nous sommes un seul peuple et les réserves dont nous venons ne sont pas notre histoire. C’est représentatif de tous les Anishnaabe, ce sont des histoires Anishinaabe. Ces histoires et enseignements nous renseignent sur les leçons que nous devons suivre pour assurer la santé et la prospérité de nombreuses générations à venir.

Que signifie NIPD/NIHM pour vous ?
Pour moi, la Journée nationale des peuples autochtones et le Mois de l’histoire sont une célébration de notre résilience et de notre force. Avec un peu de chance, un jour, notre histoire sera enseignée dans les cours d’histoire et nos auteurs lus et explorés dans les cours d’anglais. J’aimerais voir toutes nos connaissances enseignées, apprises et reconnues chaque jour dans tous les contextes éducatifs et professionnels.

Patrick Chasseur, Red Lake, peintre paysagiste ojibway bispirituel, graphiste, entrepreneur

Red Lake Pride de Patrick Hunter. (Patrick Chasseur)

Mon peuple dormira cent ans, mais quand il se réveillera, ce seront les artistes qui lui rendront l’esprit.-Louis Riel, 4 juillet 1885

Comment cette conception représente-t-elle votre interprétation de la communauté ?
Sept communautés entourent Red Lake dans le district, illustrées par les arbres au-dessus de l’eau à côté desquels les communautés sont assises. De retour à la maison, nous sommes entourés de lacs, d’arbres et de rochers. Il n’y a vraiment pas grand-chose d’autre à regarder, mais tous ceux qui y vivent pensent que c’est l’un des plus beaux endroits de la Terre.

Pourquoi cette conception a-t-elle un sens pour vous ?
Juin est aussi le mois de la fierté à Red Lake, que ma communauté a récemment commencé à célébrer. En tant que membre de la communauté LGBTQ2S, je voulais représenter ce fait avec un arc-en-ciel derrière les arbres, car cela représente non seulement la fierté de Red Lake de ses citoyens LGBTQ2S, mais aussi la fierté d’où nous venons.

Quel style d’art vous attire ?
Le style d’art que je fais s’appelle Woodland Art, mais je me considère aussi comme peintre paysagiste. Pour voir Woodland Art, vous devez prétendre que vous avez des lunettes à rayons X, et vous pouvez voir l’esprit de ce que vous regardez.

Naomi Peters, Première Nation Caldwell, Leamington, Potawatomi et artiste-auteur Chippewa

L’histoire regarde vers l’avenir par Naomi Peters. (Naomi Peters)

Que signifie NIHM/NIPD pour vous ?
Pour moi, la Journée nationale des peuples autochtones est une journée de visibilité pour notre peuple, où il y a plus d’occasions pour les gens d’en apprendre davantage sur la culture nord-américaine. Personnellement, c’est un jour où je me sens béni avec qui je suis et où vont nos gens. J’espère que c’est un jour pour tous les Autochtones de s’exercer à réfléchir sur le passé et d’apprendre à aimer leur identité en tant qu’Autochtone.

Veuillez expliquer la signification de votre conception.
Je suis une personne Potawatomi et Chippewa; mon grand-père était Potawatomi et ma grand-mère Chippewa. Pour cette raison, j’ai stylisé des vêtements dans ma pièce pour qu’ils soient représentatifs du peuple Ojibway. Le concept représente trois générations distinctes, les générations plus âgées s’estompant à l’arrière-plan, tandis que la jeune génération devient le devant de la scène.

Pourquoi cette conception a-t-elle un sens pour vous ?
Avec les divers traits du visage autochtone dans mes créations, je voulais spécifiquement dépeindre les peuples autochtones tels qu’ils pourraient être représentés aujourd’hui. Aussi importante que soit notre histoire pour nous, comme tout le monde, nous avançons dans le temps et vivons notre vie de tous les jours maintenant. Ainsi, même si nous respectons notre culture et la perpétuons, nous ne sommes pas des gens du passé et ne pouvons pas être représentés uniquement avec des images historiques.

Ziibiikwans, Premières Nations de Walpole Island, territoire non cédé de Bkejwanong, artiste interdisciplinaire ojibway spécialisée en illustration numérique

Les rochers de Ziibiikwans. (Ziibiikwans)

Qu’est-ce qui vous a inspiré pour créer ce design ?
L’inspiration derrière cette pièce provient de mes souvenirs préférés d’être sur l’île de Walpole. En grandissant, j’ai passé beaucoup de temps à « The Rocks » sur l’île de Walpole, avec des amis qui sautaient du brise-lames, pêchaient sous-marine avec mon père, mangeaient des pizzas avec mes cousins ​​et cherchaient le banc de sable avec mon frère. J’ai choisi d’utiliser des couleurs très saturées pour démontrer l’énergie ludique et active que l’environnement et les gens ont lorsqu’ils passent du temps ici.

Pourquoi ce domaine est-il si important pour vous ?
Il représente la communauté positive, aimante et interconnectée de Walpole Island. Tout le monde à un moment ou à un autre a passé du temps ici, et c’est devenu un point de repère central et spécial pour notre communauté. ‘The Rocks’ représente ma communauté parce que Walpole Island est profondément liée à l’eau qui l’entoure.

Que signifie Bkejwanong et pourquoi est-ce important ?
Bkejwanong signifie : Là où les eaux se divisent. Les roches empilées et la formation linéaire séparant l’eau représentent l’île sur laquelle nous partageons nos vies. La relation entre la terre et l’eau nous donne les bases pour bien vivre à Walpole, et je pense que ma communauté accorde la priorité à l’importance d’honorer cette relation.

Mikaila Stevens, Eskasoni Mi’Kmaw Nation, Cape Breton, London, Ont. Perle Mi’kmaq, sérigraphe, designer

Cycles de Mikaila Stevens. (Michael Stevens)

Comment cette œuvre représente-t-elle votre propre voyage ?
Ma famille est originaire d’Eskasoni, en Nouvelle-Écosse, j’ai grandi à Kamloops, en Colombie-Britannique, dans la communauté Shuswap, et je vis maintenant à London en travaillant dans la communauté Anishinaabe en tant que mentor pour les jeunes. À un moment de ma vie, j’avais honte de qui j’étais. Je ne me sentais pas le bienvenu sur cette terre parce qu’elle n’avait jamais eu l’impression qu’elle appartenait à mes pieds. Il m’a fallu beaucoup de temps, et j’en ai encore, pour m’ouvrir à l’apprentissage et à l’adhésion à mon héritage mi’kmaq. L’une des premières étapes a été d’apprendre le traumatisme générationnel, comment cela a affecté ma famille de différentes manières et comment j’ai dû abandonner le fait de me sentir mal accueilli dans une culture où la porte m’était toujours ouverte.

Que signifie NIPD/NIHM pour vous ?
Pour moi, cela signifie prendre le temps de réfléchir à notre culture et à nos communautés qui nous entourent. Cela signifie exister en tant que peuple autochtone dans un paysage moderne alors que nous poursuivons notre apprentissage d’année en année. Une grande partie de ce que nous faisons aujourd’hui utilise les enseignements et les connexions de notre passé pour tirer le meilleur parti de notre avenir. Alors que la terre se déplace autour de nous, nous avons la responsabilité d’en prendre soin et de prendre soin les uns des autres en cours de route.

Comment ces enseignements et ces connexions se reflètent-ils dans votre conception ?
En incorporant l’intention du lever du soleil et de la lune se couchant de manière cyclique, il nous rappelle qu’à mesure que le monde tourne, nous marchons sur la terre que nos ancêtres ont parcourue avant nous, et que les générations viendront après nous. J’utilise beaucoup de couleurs dans mes œuvres qui ne sont pas toujours considérées comme des tons de terre, mais vous pouvez les voir dans les bleus vibrants de l’eau scintillant au soleil, ou des fleurs sauvages au fond des bois. Le dynamisme est tout autour de nous, en particulier dans la nature, et j’aime pouvoir mettre en valeur ces aspects ensemble !

Brent Beauchamp, Six Nations the Grand River, Onondaga et étudiant en graphisme-animation Anishinaabe

L’esprit du peuple de Brent Beauchamp. (Brent Beauchamp)

Quelle est l’inspiration derrière votre conception?
Les couleurs des insignes des personnages sont représentatives de la culture (colorées avec de beaux motifs). J’ai mis les deux femmes au milieu, rayonnant de rire et de bonheur, car Six Nations est une communauté matrilinéaire avec des femmes et des mères de clan comme leaders. Les personnages autour représentent la force et la résilience culturelle. La crosse est connue sous le nom de The Creators Game et fait partie intégrante de la communauté. La petite fille et l’homme représentent les connaissances et les enseignements transmis de génération en génération.

Comment cette illustration reflète-t-elle les enseignements de votre communauté ?
WOn nous apprend à penser sept générations avant nous, et à venir, lorsque nous transmettons la tradition et la cérémonie par l’enseignement oral. Le respect de la terre mère est représenté par la petite plante, affichée près du centre de l’image. Les danseurs sur les côtés sont des Grass Dancers et portent une Jingle Dress. Tous ces aspects sont représentatifs de ma communauté.

Que signifie NIPD/NIHM pour vous ?
Pour moi, cela devrait être une question de famille, de communauté et de culture. Il s’agit de concepts généraux à multiples facettes que les gens peuvent interpréter à leur manière. C’est ainsi que je rassemble ma propre inspiration; il vient d’un sens de la communauté, de la famille et de la culture.

Simon Brascoupe, Territoire algonquin, Ottawa, Kitigan Zibi Anishinabeg artistes-éducateurs

Amik (Castor) crée le territoire Anishinaabe par Simon Brascoupé. (Simon Brascoupé)

Veuillez expliquer la signification de votre conception.
Cette oeuvre s’intitule Amik (castor) crée un territoire anishinaabe. Le castor est un incroyable ingénieur écosystémique chargé de façonner le territoire traditionnel algonquin. Imaginez le castor barrant de petits ruisseaux et rivières pendant des centaines et des milliers d’années, façonnant progressivement les étangs et les lacs qui ont créé la terre et l’écosystème que nous connaissons tous en Ontario et au Québec.

Comment votre style artistique honore-t-il votre héritage ?
La technique utilisée est la technique du pochoir ou du pochoir qui honore les motifs traditionnels algonquins en écorce de bouleau utilisés par les anciens vanniers algonquins en écorce de bouleau. Les motifs ou les découpes d’écorce de bouleau sont utilisés pour créer des œuvres d’art originales.

Que signifie NIPD/NIHM pour vous ?
La Journée nationale des peuples autochtones et le Mois national de l’histoire autochtone sont une occasion d’enseigner aux Canadiens quelque chose qu’ils ne savent pas sur la culture et l’histoire des peuples autochtones.

Pour célébrer la Journée nationale des peuples autochtones le 21 juin, syntonisez We Walk Together sur CBC Radio One (Windsor, London, Kitchener-Waterloo, Sudbury et Thunder Bay) entre 16 h et 18 h HE.

#Résilience #appartenance #artistes #réfléchissent #Mois #national #lhistoire #autochtone

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *