Cannes 2021 : Un guide canadien du festival du film le plus prestigieux au monde

Vues: 6
0 0
Temps de lecture:5 Minute, 12 Second

Le Festival de Cannes est de retour.

Après l’annulation de l’édition de l’an dernier en raison de la pandémie de COVID-19, le festival de renommée mondiale revient du 6 au 15 juillet avec une programmation enviable de grands réalisateurs et de stars de cinéma, ainsi qu’une forte présence canadienne.

Alors que le festival passe à un format hybride, 18 films canadiens seront présentés dans son répertoire en ligne, dont un biopic inspiré de Céline Dion, un Mad Max-comme un thriller se déroulant dans l’Arctique canadien et un documentaire sur Zoe Lucas, l’écologiste de la Nouvelle-Écosse.

Le festival verra également le retour de sa vitrine de courts métrages canadiens, maintenant dans sa 11e année, ainsi qu’un certain nombre de documentaires canadiens qui seront présentés dans le programme Cannes Docs.

CBC News propose un guide sur tout ce qui concerne le Canada lors de l’édition de cette année du festival du film le plus prestigieux au monde.

Une vue générale du tapis rouge de l’événement « Spécial 2020 » de Cannes, qui a eu lieu en octobre dernier après l’annulation du festival officiel du film. Le festival de cette année est un modèle hybride et se déroule en juillet, reporté du mois de mai typique. (Pascal Le Segretain/Getty Images)

Un biopic inspiré de Céline Dion sera projeté hors compétition

Peut-être le film canadien le plus médiatisé à la sortie du festival de cette année, c’est l’inspiration de Céline Dion Aline : La Voix de l’Amour, une production franco-canadienne qui fera sa première mondiale hors compétition.

C’est le seul film produit au Canada à faire partie de la sélection officielle du festival 2021. Parmi les sélections potentielles de l’année dernière figuraient les films canadiens Nadia, Papillon et Chute.

Une ligne est un film de style biopic réalisé par la cinéaste française Valérie Lemercier. En plus de la mise en scène, Lemercier incarne Aline Dieu, une chanteuse québécoise issue d’une famille modeste et mélomane prise sous l’aile d’un producteur dans l’espoir d’en faire une star.

Le film a été commercialisé comme une biographie « non officielle » de la vie de Dion ; sa bande-annonce présente sa musique et son protagoniste porte son portrait. De plus, une grande partie de l’histoire est inspirée de l’ascension de Dion vers la gloire et de sa relation avec son défunt manager et mari, René Angélil.

Aline : La voix de l’amour sortira au Canada le 26 novembre 2021.

Les faits saillants du programme comprennent un thriller dystopique se déroulant au Yukon

Polaris, écrit et réalisé par la cinéaste née à Yellowknife Kirsten Carthew, sera projeté dans le cadre de Fantastic 7 du festival, un programme de « projets fantastiques » soumis par des festivals de films internationaux sélectionnés.

Polaris a été soumis par le Festival international du film de Toronto.

Situé dans un futur dystopique, Polaris est un thriller fantastique sur une jeune femme qui doit rentrer chez elle après avoir échappé à la capture des guerriers essayant de tuer sa mère.

carthew décrite précédemment le film à CBC News en tant que « Mad Max situé dans l’Arctique, mais avec un budget plus petit. »

Ailleurs dans la gamme est Chansons qu’elle chante dans les ombres, le premier long métrage documentaire de la cinéaste afghano-canadienne Fazila Amiri. Le film en langue dari suit la vie de deux chanteuses Aghan et de leur mentor alors qu’elles participent à une émission de téléréalité au milieu des négociations de paix entre les États-Unis et les talibans.

Il sera projeté dans le cadre de la vitrine Docs-In-Progress, pour les documentaires en post-production. Le film était un ancien participant du Talent Lab des Festivals internationaux du documentaire de Montréal (RIDM) et du Hot Docs Accelerator Lab, deux forums gérés par le festival qui nourrissent les talents de la scène documentaire canadienne.

Pour les fans du genre comédie-horreur, Coup de sang raconte l’histoire d’une femme vampire qui décide d’abandonner son habitude du sang après avoir aidé un alcoolique humain à se nettoyer – avec des résultats potentiellement mortels. Il est réalisé par le cinéaste et musicien de Vancouver Blaine Thurier, membre du groupe de musique canadien The New Pornographers.

Coup de sang fait partie du Frontières Buyers Showcase, un événement de l’industrie dédié au cinéma de genre. Ce programme est le fruit d’une collaboration entre le marché de l’industrie du festival (Marché du Film) et le Festival international du film Fantasia de Montréal.

Parmi les autres films canadiens qui seront présentés dans la vitrine Frontières, mentionnons Esluna : la couronne de Babylone, un long métrage d’animation de Denver Jackson, basé à Victoria et L’île entre les marées, des cinéastes de Vancouver Austin Andrews et Andrew Holmes.

L’affiche de Polaris, la dernière œuvre de la cinéaste canadienne Kirsten Carthew. (Soumis par Little Dipper Productions Ltd.)

Documentaires, courts métrages pour mettre en valeur les talents canadiens

La vitrine des courts métrages de Téléfilm, intitulée Not Short on Talent, présentera huit titres : Dans le pot de confiture par Colin Nixon ; Joe Buffalo par Amar Chebib ; Joutel par Alexa-Jeanne Dubé; Le petit rêve du garçon amoureux par Ritvick Mehra ; Deuxième mariage par Taylor Olson ; Le vent du sud par Auocéane Roux ; Tigresse par Maya Bastian ; et Code Licorne par Martin Glegg.

Il s’agit de la 11e édition de la vitrine.

En plus de Chansons qu’elle chante dans les ombres, une poignée de films canadiens seront projetés sous la bannière Docs-In-Progress. Ceux-ci inclus Géographies de la solitude du Cap-Bretonnais Jacquelyn Mills, dont le long métrage documentaire porte sur Zoe Lucas, une écologiste qui a passé la majeure partie de sa vie sur l’île de Sable isolée de la Nouvelle-Écosse.

Il y a aussi Les baleiniers, réalisé conjointement par le Canadien capverdien PJ Marcellino et Jerri Thrasher, né dans les Territoires du Nord-Ouest, une exploration historique des pêcheurs capverdiens qui travaillaient dans le dangereux commerce de la chasse à la baleine.

De la Montréalaise Miryam Charles, Cette maison revisite la mort d’une adolescente en 2008, et de la cinéaste haïda Heather Hatch, Wochiigii Lo Fin de la paix raconte la lutte contre la construction d’un méga-barrage par un aîné de la Première Nation de West Moberly.

#Cannes #guide #canadien #festival #film #prestigieux #monde

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *