Sha’Carri Richardson ne sera pas sélectionné dans l’équipe de relais des États-Unis à Tokyo

Vues: 4
0 0
Temps de lecture:3 Minute, 53 Second

La sprinteuse interdite Sha’Carri Richardson ne figurait pas sur la liste olympique publiée mardi par USA Track and Field, une décision qui signifie que le test positif de la championne américaine pour la marijuana lui coûtera une chance de se présenter dans l’équipe de relais à Tokyo, en plus de sa place. au 100 mètres individuel.

Le test positif de Richardson a annulé sa victoire aux essais olympiques à Eugene, Oregon, le mois dernier et la place qui l’a accompagné à Tokyo dans le 100. Sa suspension de 30 jours prendra fin avant le début des relais le 5 août, qui est resté ouvert la possibilité qu’elle puisse remporter une médaille au sein de l’équipe de relais 4×100.

Mais son nom manquait dans la liste envoyée par l’USATF. La fédération avait deux choix discrétionnaires au-delà des quatre premiers dans la finale du 100 mètres aux essais, mais a choisi de ne pas offrir de place au sprinter de 21 ans, qui devait se battre pour l’or olympique.

Interrogée sur la façon dont Richardson prenait la nouvelle, son agent, Renaldo Nehemiah, a répondu : « Nous n’en avons pas du tout parlé. Ce n’était en fait pas un sujet sur lequel nous nous concentrions. »

Dans un communiqué, l’USATF a déclaré qu’elle était « incroyablement sympathique envers les circonstances atténuantes de Sha’Carri Richardson » et « entièrement d’accord » pour que les règles internationales concernant la marijuana soient réévaluées.

« Donc, bien que notre compréhension sincère repose sur Sha’Carri, nous devons également maintenir l’équité pour tous les athlètes qui ont tenté de réaliser leurs rêves en obtenant une place dans l’équipe olympique américaine d’athlétisme », indique le communiqué.

Dans ce cas, cela signifiait offrir les places de relais restantes aux sixième et septième places, chacune d’entre elles ayant progressé dans l’ordre hiérarchique après le DQ de Richardson. Ce sont les Anglais Gardner et Aliea Hobbs.

Trouvez des diffusions en direct, des vidéos à ne pas manquer, des actualités de dernière minute et plus encore dans un package parfait pour les Jeux Olympiques. Suivre Équipe Canada n’a jamais été aussi facile ou excitant.

Plus de Tokyo 2020

« Certainement déclenché et aveuglé par les émotions »

Richardson a été testée positive pour un produit chimique trouvé dans la marijuana après sa victoire le 19 juin. Elle a déclaré que le stress de la mort récente de sa mère biologique combiné à la pression de se préparer aux essais l’avait amenée à utiliser le médicament.

« J’ai été définitivement déclenchée et aveuglée par les émotions, aveuglée par la méchanceté, et la souffrance et la dissimulation de la souffrance », a-t-elle déclaré dans l’émission « Today » de NBC. « Je sais que je ne peux pas me cacher, donc d’une certaine manière, j’essayais de cacher ma douleur. »

Au cours du week-end, elle a envoyé une paire de tweets : « Tous ces gens parfaits qui savent vivre la vie, je suis contente de ne pas en faire partie ! » et « 2022-2025 invaincu ! »

Peu de temps après les Jeux olympiques de 2012, les régulateurs internationaux ont assoupli les restrictions sur la consommation de marijuana, augmentant le seuil d’un test positif à un niveau conçu pour attraper uniquement les athlètes qui l’utilisaient dans les heures précédant la compétition. Les interdictions potentielles ont été réduites de deux ans à aussi peu que la suspension de 30 jours que Richardson purge.

Mais là où certaines ligues professionnelles, telles que la NFL, la NHL et la NBA, ont considérablement réduit l’application des règles sur la marijuana, en reconnaissant que la drogue n’améliore pas les performances, le monde olympique continue de tester et de punir la consommation dans certaines circonstances. Selon l’Agence antidopage des États-Unis, en plus des substances qui déclenchent l’amélioration des performances, la liste des substances interdites peut inclure des médicaments pouvant présenter des risques pour la santé des athlètes ou violer « l’esprit du sport ».

C’est une position qui a déclenché un vaste débat, en grande partie dans le domaine des médias sociaux mais aussi à Washington. La semaine dernière, le président Joe Biden a déclaré que s’il était fier de la façon dont Richardson avait géré son interdiction, « les règles sont les règles ».

« Est-ce qu’ils doivent rester les règles est une question différente, mais les règles sont les règles », a déclaré Biden.

Pendant ce temps, la représentante Alexandria Ocasio-Cortez de New York a tweeté une lettre qu’elle et la représentante Jamie Raskin du Maryland ont envoyée aux dirigeants des agences antidopage américaines et mondiales les exhortant à annuler la décision.

« S’il vous plaît, portez un coup aux libertés civiles et aux droits civiques en inversant cette voie sur laquelle vous vous trouvez », indique la lettre.

#ShaCarri #Richardson #sera #pas #sélectionné #dans #léquipe #relais #des #ÉtatsUnis #Tokyo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *