Qui devrait être le(s) porte-drapeau du Canada pour les Jeux olympiques de Tokyo?

Vues: 5
0 0
Temps de lecture:8 Minute, 48 Second

Ceci est un extrait de The Buzzer, le bulletin électronique quotidien de CBC Sports. Restez au courant de ce qui se passe dans le sport en vous abonnant ici.

Il est presque temps de choisir le porte-drapeau du Canada

À un moment donné au cours des deux prochaines semaines, l’équipe olympique canadienne annoncera son porte-drapeau – ou, très probablement, ses porte-drapeaux – pour la cérémonie d’ouverture à Tokyo. Les bons candidats ne manquent pas. Et la décision est compliquée par une myriade d’autres facteurs comme l’horaire – les nageurs, par exemple, doivent être dans la piscine le lendemain ; l’équipe de football féminin joue à des centaines de kilomètres à Sapporo. La pandémie ajoute une autre ride potentielle : les athlètes participant plus tard aux Jeux pourraient vouloir retarder leur arrivée afin de raccourcir leur séjour. Le Comité International Olympique a ajouté une autre tournure lorsqu’il a décidé, dans le cadre de ses initiatives de « parité hommes-femmes », d’autoriser les pays à sélectionner une femme et un homme pour partager le rôle à Tokyo le 23 juillet. Plusieurs pays ont déjà repris le CIO sur cela, et il est raisonnable de supposer que le Canada emboîtera le pas.

Pour les besoins de l’argumentation, supposons également que l’horaire n’est pas un facteur et que chaque athlète de l’équipe canadienne est capable et disposé à accepter l’honneur. Avec cette prémisse à l’esprit, voici mes meilleurs choix pour les porte-drapeaux du Canada, en fonction de ces critères personnels : les athlètes devraient être familiers à de nombreux Canadiens, ils devraient déjà posséder au moins une médaille olympique et ils devraient être de solides prétendants pour gagner plus à Tokyo.

Puisque les femmes vont probablement remporter la grande majorité des médailles du Canada à Tokyo, commençons par elles, suivies des hommes.

Christine Sinclair : La capitaine de l’équipe féminine canadienne de soccer a marqué plus de buts que quiconque (femme ou homme) dans l’histoire du soccer international. Elle a mené le Canada à des médailles de bronze aux deux Jeux olympiques précédents, et un autre podium est à portée de main à Tokyo. À 38 ans, cela pourrait être la dernière apparition olympique de Sinclair, donc l’honneur du porte-drapeau serait un adieu approprié et amplement mérité. Sinclair a porté la feuille d’érable lors de la cérémonie de clôture des Jeux de 2012 à Londres, où elle a mené le tournoi féminin avec six buts, dont un tour du chapeau dans l’épopée canadienne presque bouleversé des États-Unis en demi-finale. Mais cela ne devrait pas la disqualifier du rôle de la cérémonie d’ouverture à Tokyo. Simon Whitfield, Adam van Koeverden et Catriona Le May Doan sont des exemples récents d’athlètes qui ont porté le drapeau canadien lors d’une cérémonie de clôture et qui ont été choisis pour faire les honneurs lors de la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques ultérieurs.

Kylie Massé : Si vous préférez quelqu’un de nouveau, le CV de Masse pétille. Après avoir remporté le bronze au 100 mètres dos aux Jeux olympiques de Rio, elle a remporté deux titres mondiaux consécutifs en 2017 et 2019 et a ajouté le bronze au 200 dos aux championnats du monde de 2019. L’athlète de 25 ans nage également dans des relais, elle a donc une chance d’être la meilleure médaillée du Canada à Tokyo. L’équipe canadienne de natation dans son ensemble semble solide, en particulier du côté féminin, alors choisir Masse pour porter le drapeau semble être une bonne façon de le signaler au pays.

André De Grasse : Le sprinter de 26 ans coche toutes les cases. Il a remporté trois médailles à Rio, a une chance de remporter à nouveau un triple podium 100/200/4×100 à Tokyo et pourrait être l’athlète le plus reconnaissable de l’équipe canadienne. De Grasse a même atteint une certaine renommée internationale à Rio en affrontant Usain Bolt lors des derniers Jeux olympiques du grand jamaïcain. Choisir votre plus grande star pour porter le drapeau semble être une décision facile. De Grasse, d’ailleurs, a remporté sa course de 200 m aujourd’hui lors d’une rencontre en Hongrie.

Damien Warner : Le décathlète de 31 ans est monté sur le podium pendant près d’une décennie. Il a remporté le bronze à Rio, l’argent aux championnats du monde 2015 et le bronze aux championnats du monde 2013 et 2019. Warner devrait se battre pour l’or à Tokyo. Il ressemble également à votre olympien masculin idéal – le gars pourrait en fait être sculpté dans du marbre. Rappelez-vous que porte-drapeau tongan torse nu? Warner pourrait être la version canadienne la plus habillée et la plus sobre.

Mentions honorables : En 2016, trampoliniste Rosie MacLennan est devenu le premier Canadien à remporter des médailles d’or consécutives dans une épreuve individuelle aux Jeux olympiques d’été. Elle a une chance d’en faire trois d’affilée à Tokyo, mais elle a porté le drapeau pour la cérémonie d’ouverture à Rio et personne n’a jamais reçu cet honneur dos à dos. Plongeur Meaghan Benfeito détient trois médailles de bronze olympiques et aura deux autres chances de podium à Tokyo dans les épreuves solo et synchronisée du 10 m. Penny OleksiakLa merveilleuse performance de quatre médailles à Rio, alors qu’elle était âgée de 16 ans, lui permet de se qualifier, mais ses résultats depuis lors suggèrent qu’elle pourrait ne pas atteindre un podium individuel à Tokyo. Il est difficile de la choisir lorsque les championnes du monde en titre Kylie Masse et Maggie Mac Neil semblent être de meilleures nageuses en ce moment. Ou, si on veut sortir un peu du tableau, que diriez-vous d’un boxer Mandy Bujold et joueuse de basket-ball féminin Kim Gaucher? Ils chacun a affronté le CIO et a frappé un grand coup pour les mamans qui travaillent le même jour la semaine dernière. Un tribunal a accédé à la demande de Bujold pour une place olympique après avoir raté la fenêtre de qualification parce qu’elle était enceinte ou avait récemment accouché à l’époque. Gaucher a demandé aux organisateurs olympiques d’accorder aux mères allaitantes une dérogation à la règle en temps de pandémie interdisant à la famille et aux amis des athlètes de les accompagner à Tokyo. Pensez à la déclaration que ferait Gaucher ou Bujold pour porter le drapeau canadien.

Quelqu’un m’a-t-il manqué ? Qui est votre choix pour le porte-drapeau canadien? Faites-le nous savoir en envoyant un courriel à thebuzzer@cbc.ca.

Anastasia Bucsis s’assoit avec Catriona Le May Doan pour discuter de ce qu’on appelait autrefois la malédiction du porte-drapeau de la cérémonie d’ouverture et pour savoir qui l’a démystifié. Catriona donne également sa prédiction sur qui portera pour le Canada à Tokyo. 5:53

Rapidement…

Les finales NBA commencent ce soir. Une vague de blessures aux joueurs superstars a entraîné un improbable affrontement entre les Phoenix Suns et les Milwaukee Bucks. Ce sont deux bonnes équipes, mais Phoenix a eu de la chance de ne pas avoir à affronter Anthony Davis des Lakers pendant une partie du premier tour et Kawhi Leonard des Clippers lors de la finale de la Conférence Ouest. Maintenant, les Suns sont favorisés pour devenir l’un des champions NBA les plus improbables de tous les temps avec le double MVP de Milwaukee, Giannis Antetokounmpo, répertorié comme douteux pour le match 1 de la finale avec une blessure au genou. Mais les Bucks ne peuvent pas vraiment se plaindre. Ils ne seraient probablement pas là si James Harden ou Kyrie Irving de Brooklyn étaient restés en bonne santé pour leur série de deuxième tour, ou peut-être même si Trae Young d’Atlanta ne s’était pas blessé au pied lors de la finale Est. Du côté positif, ce sera formidable de voir Chris Paul de Phoenix jouer pour la première fois en finale. Il est l’un des meilleurs meneurs de tous les temps et il a immédiatement amélioré chaque équipe qu’il a rejointe. Gagner une bague ferait taire le dernier lambeau d’un argument (mal informé) contre sa grandeur. Avec les jeunes vedettes Devin Booker et Deandre Ayton à ses côtés, il y a de fortes chances que Paul le fasse enfin.

Deux grands tournois de football touchent à leur fin. Les demi-finales du Championnat d’Europe masculin ont débuté aujourd’hui au stade de Wembley à Londres avec l’Italie face à l’Espagne (le match était en cours au moment de notre publication). La demi-finale de demain est une bataille de favoris sentimentaux. L’Angleterre n’a pas remporté de titre majeur de football masculin depuis sa victoire en Coupe du monde en 1966, tandis que le Danemark parvenu a surmonté le traumatisme de voir son coéquipier Christian Eriksen presque mourir sur le terrain lors de son premier match du tournoi. La finale, également à Wembley, aura lieu dimanche. Le championnat sud-américain, la Copa America, sera décidé samedi. Le champion en titre, le Brésil, a atteint la finale hier soir avec un Victoire 1-0 sur le Pérou. Ils affronteront le vainqueur du match de ce soir entre l’Argentine et la Colombie.

Le Tricolore est toujours en vie. Alors que son équipe est à deux doigts de devenir la première en 23 ans à être balayée en finale de la Coupe Stanley, Josh Anderson a marqué son deuxième but du match en prolongation pour donner à Montréal une victoire de 3-2 sur Tampa Bay hier soir. Les Canadiens ont montré encore une fois qu’ils se battront jusqu’à la dernière balle, mais ils sont toujours dans une situation très difficile. Afin de compléter seulement le deuxième retour d’une défaite 3-0 en finale de la Coupe, ils devront battre cette équipe supérieure du Lightning trois fois de suite, dont deux sur la route. Les marchés des paris ne sont pas optimistes quant aux chances des Canadiens : ils leur donnent une chance implicite d’environ 7 pour cent de compléter le retour. Le match 5 aura lieu mercredi à 20 h HE à Tampa Bay. En savoir plus sur la courageuse victoire de Montréal au match 4 en prolongation ici.

Et enfin…

La fille de Bruce Springsteen a fait partie de l’équipe olympique américaine. Excusez la référence tendue à Boss, mais vous pourriez dire que Jessica Springsteen est née pour… monter à cheval. L’équitation de 29 ans est classée troisième aux États-Unis, et aujourd’hui, elle était l’une des quatre cavalières nommées dans l’équipe américaine pour Tokyo. Springsteen était une remplaçante pour les Jeux de 2012, mais elle devrait faire ses débuts olympiques cette fois. En savoir plus sur sa nomination dans l’équipe américaine ici.

Vous êtes à jour. Je te parle demain.

#Qui #devrait #être #les #portedrapeau #Canada #pour #les #Jeux #olympiques #Tokyo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *