Lewis Hamilton exhorte la Formule 1 à ne pas ignorer les violations des droits humains

Vues: 8
0 0
Temps de lecture:5 Minute, 15 Second

Le champion de Formule 1 Lewis Hamilton a exhorté jeudi la série mondiale de courses à ne pas ignorer les violations des droits de l’homme dans les pays où elle organise des courses, une question qui est à nouveau un sujet avant le Grand Prix de Bahreïn qui ouvre la saison.

Bahreïn, qui organise des courses de F1 depuis 2004, a été accusé d’avoir exploité la série pour dissimuler, ou «laver le sport», son bilan en matière de droits humains – en utilisant un événement sportif de haut niveau pour projeter une image favorable du pays. Cette année, le calendrier de la F1 comprend également des courses en Azerbaïdjan et en Arabie saoudite, accusées d’utiliser le sport de la même manière.

« Je ne pense pas que nous devrions aller dans ces pays et ignorer ce qui se passe dans ces endroits, arriver, passer un bon moment puis partir », a déclaré Hamilton jeudi, avant le GP de Bahreïn de dimanche. « Les droits de l’homme, je ne pense pas, devraient être une question politique. Nous méritons tous l’égalité des droits. »

‘Engagé à aider de toutes les manières possibles’

Après le GP de Bahreïn de l’année dernière, le septuple champion du monde a déclaré qu’il espérait s’entretenir directement avec le prince héritier de Bahreïn Salman bin Hamad Al Khalifa au sujet du bilan de l’État du golfe Persique en matière de droits de l’homme.

Interrogé lors de la conférence de presse de jeudi s’il avait réussi à parler avec le prince héritier, Hamilton a déclaré:

« Pour le moment, je pense que les mesures que j’ai prises se sont vraiment déroulées en privé, et je pense que c’est la bonne façon de procéder. Donc je ne veux pas vraiment en dire trop qui pourrait compromettre les progrès. »

Mais, a ajouté Hamilton, « je suis résolument déterminé à aider de toutes les manières possibles. »

Avant le GP de Bahreïn de l’année dernière en novembre, Hamilton a reçu trois lettres de survivants présumés de torture contenant des descriptions déchirantes des passages à tabac extrêmes et des abus sexuels qu’ils ont subis.

« [Those letters] me pesait beaucoup, c’était la première fois que je recevais des lettres comme ça au cours de mes voyages. Donc, ces derniers mois, j’ai pris le temps d’essayer de m’éduquer », a déclaré jeudi le pilote britannique de 36 ans.

Hamilton a pris le genou à chaque course l’an dernier pour lutter contre le racisme, et dit qu’il le fera à nouveau cette saison.

« Je pense que ce qui est vraiment important, c’est que les jeunes enfants regardent ce que nous faisons, et quand ils nous voient prendre le genou, ils s’assoient et demandent à leurs parents ou à leurs professeurs: » Pourquoi prennent-ils le genou? « ‘Hamilton mentionné. « Cela déclenche une conversation inconfortable [and] cela signifie que les parents doivent s’éduquer eux-mêmes et que les enfants sont éduqués. « 

Mais Hamilton a reconnu qu’il devait en apprendre beaucoup plus sur Bahreïn.

«Parce que je suis venu ici toutes ces années, je n’étais pas au courant de toutes les questions relatives aux droits humains», a-t-il déclaré. « JE [have] a passé du temps à parler à des experts juridiques des droits humains, à parler à des organisations de défense des droits humains comme Amnesty [International]. J’ai vu l’ambassadeur du Royaume-Uni ici à Bahreïn, et j’ai parlé à des responsables de Bahreïn. « 

L’une des lettres envoyées à Hamilton en novembre dernier était de Mohammed Ramadhan, condamné à mort. Après avoir soutenu le soulèvement pro-démocratie de Bahreïn, il aurait été accusé de meurtre et battu avec des barres de fer pour obtenir ses aveux.

Ahmed, le fils de Ramadhan, âgé de 11 ans, a contacté personnellement Hamilton, dessinant une photo de sa voiture Mercedes F1 et lui envoyant en décembre dernier, avec un plaidoyer écrit personnel: « Lewis, s’il vous plaît, sauvez mon père. »

Najah Yusuf, mère de quatre enfants, a également écrit à Hamilton, détaillant les abus qu’elle avait subis de la part d’agents de l’Agence de sécurité nationale de Bahreïn.

L’autre écrivain, Ali AlHajee, reste emprisonné dans la prison de Jau – qui est située non loin de la piste F1 de Sakhir – après avoir organisé des manifestations en faveur de la démocratie.

Ces affirmations sont à la fois trompeuses et fausses. Les cas cités n’ont absolument aucun lien avec la F1 « , a déclaré le Centre national de communication du gouvernement de Bahreïn dans un courrier électronique à l’Associated Press. » Le gouvernement de Bahreïn a une politique de tolérance zéro à l’égard des mauvais traitements de toute nature et a mis en place des garanties des droits. Toute plainte fait l’objet d’une enquête approfondie et des mesures sont prises lorsque des preuves de mauvais traitements sont trouvées. « 

Mercredi, l’Institut de Bahreïn pour les droits et la démocratie (BIRD) a envoyé au nouveau directeur général de la F1, Stefano Domenicali, une lettre ouverte cosignée par 61 législateurs britanniques et 24 groupes de défense des droits. Ils lui ont demandé de veiller à ce que la F1 mette en place une enquête indépendante sur les abus liés à la course et de rencontrer les victimes et les groupes de défense des droits pour obtenir une indemnisation.

« Nous nous sommes engagés en détail avec BIRD et les parlementaires ces dernières années et avons soulevé les questions discutées », a écrit Domenicali dans sa réponse, que BIRD a partagée jeudi avec l’Associated Press. « Cependant, il est important de préciser que la Formule 1 n’est pas une organisation d’enquête transfrontalière. … Contrairement aux gouvernements et autres organes, nous ne sommes pas en mesure d’entreprendre les actions que vous demandez, et il ne serait pas approprié pour nous de faire semblant que nous pouvons. « 

BIRD a également envoyé une lettre au pilote allemand Sebastian Vettel, lui demandant de porter un message de solidarité avec les prisonniers politiques bahreïnis sur son casque Aston Martin lors de la course de dimanche. Lors du GP de Turquie de la saison dernière, le quadruple champion de F1 avait un message de diversité et d’inclusion sur son casque de course.

« Votre casque [at the Turkish GP] portait les slogans « Ensemble comme un » et « Pas de frontières, juste des horizons – seulement la liberté », a écrit BIRD à Vettel via son équipe. « Pourtant, pour beaucoup à Bahreïn, la liberté reste un rêve lointain. »

#Lewis #Hamilton #exhorte #Formule #pas #ignorer #les #violations #des #droits #humains

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *