Le champion du monde de sprinteur tiendra une audience en avril pour une affaire sur les règles antidopage

Vues: 7
0 0
Temps de lecture:2 Minute, 3 Second

La championne du monde de sprint Salwa Eid Naser aura une audience d’appel de deux jours le mois prochain qui pourrait conduire à une interdiction des Jeux olympiques de Tokyo pour avoir enfreint les règles antidopage.

Le Tribunal arbitral du sport a déclaré mardi depuis Lausanne, en Suisse, qu’il entendrait l’affaire du coureur du 400 mètres sur deux jours les 22 et 23 avril.

L’Agence mondiale antidopage et World Athletics ont tous deux déposé des recours auprès du TAS pour contester une décision d’un tribunal indépendant l’année dernière qui a innocenté Naser sur une technicité pour les tests de dopage qu’elle a ratés.

Un verdict pourrait être annoncé de toute urgence avec la série de pistes de la Diamond League qui devrait commencer en mai. La première course du 400 m féminin aura lieu le 23 mai à Rabat, au Maroc.

L’épreuve du 400 féminin aux Jeux olympiques de Tokyo est prévue du 3 au 6 août.

Naser a couru le 400 m féminin le plus rapide depuis 1985 pour remporter le titre mondial il y a 18 mois à Doha, au Qatar, alors qu’elle faisait l’objet d’une enquête.

REGARDER | Naser remporte la victoire sur 400 m aux championnats du monde de piste 2019:

La Nigériane Salwa Eid Naser dépasse Shaunae Miller-Uibo des Bahamas avec un temps de 48,14 dans la finale du 400 m féminin à Doha, au Qatar. 3:06

Le Bahreïn, âgé de 22 ans, a été autorisé à conserver le titre bien qu’il ait été accusé par l’Unité d’intégrité de l’athlétisme d’échecs de «localisation» – tests manqués et mises à jour incorrectes sur une base de données détaillant où les athlètes peuvent être trouvés chaque jour par les responsables de la collecte d’échantillons.

Les athlètes peuvent être bannis pendant deux ans s’ils ont trois échecs en un an.

Naser a nié les actes répréhensibles l’année dernière lorsque l’enquête a été révélée et a déclaré que des tests manqués pouvaient arriver à n’importe quel athlète.

Un tribunal de Londres a conclu que Naser avait trois échecs de localisation entre mars 2019 et janvier 2020, mais ils ont techniquement compté comme s’étalant sur plus d’un an selon les règles antidopage.

La décision a également basculé sur une quatrième violation possible pour un échantillon qui n’a pas pu être prélevé en avril 2019 lorsque des responsables se sont rendus dans son immeuble à Riffa, au Bahreïn.

#champion #monde #sprinteur #tiendra #une #audience #avril #pour #une #affaire #sur #les #règles #antidopage

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *