Le Canada se concentre sur les mêlées et les alignements avant le match test contre l’Angleterre

Vues: 6
0 0
Temps de lecture:6 Minute, 19 Second

Face à un adversaire redoutable en Angleterre, numéro 3, le Canada cherchera à remporter de petites victoires samedi à Twickenham.

L’entraîneur Kingsley Jones espère voir les hommes canadiens classés 23e faire des percées lors des mêlées, des alignements et d’autres parties du match test de rugby.

« Nous savons que les chances sont contre nous. Nous devons rechercher ces petites victoires », a-t-il déclaré vendredi. « Et puis nous pouvons affecter le tableau de bord. »

Le Canada n’a jamais battu l’Angleterre, a dominé 273-73 en six défaites consécutives. L’Angleterre a réussi 12 essais en blanchissant le Canada 70-0 lors de leur dernière rencontre, en novembre 2004 à Twickenham.

L’entraîneur du Canada Kingsley Jones regarde avant le match du groupe B de la Coupe du monde de rugby 2019 entre l’Italie et le Canada à Fukuoka, au Japon. Jones dit qu’il veut que son équipe soit compétitive pendant au moins les 20 premières minutes contre l’Angleterre. (Shaun Botterill/Getty Images)

Les Canadiens ont subi une défaite de 68-12 contre le Pays de Galles, sixième, le week-end dernier.

Malgré le score déséquilibré, Jones a vu des points positifs lors du match de Cardiff, qui était le premier pour son équipe depuis le 8 octobre 2019, lors de la Coupe du monde de rugby au Japon. Mais il a dit que les Canadiens étaient « dans les cordes » 20 minutes après le début du match et qu’ils ont eu du mal pendant un certain temps après cela, ayant besoin de temps pour s’adapter au rythme et à l’aspect physique du match.

Dire que l’équipe s’est bien montrée à l’entraînement cette semaine – « Nous avons parcouru un long chemin en cinq jours. » — il espère des périodes de concentration plus soutenues contre l’Angleterre.

Les 20 premières minutes

« Nous devons nous assurer que nous sommes compétitifs pendant les 20 premières minutes », a déclaré Jones. « C’est ce que nous voulons faire. Et je pense que nous serons dans le jeu. Plus nous serons dans le jeu, qui sait? Mais certainement ces 20, 25 premières minutes, je veux voir nos joueurs gérer cela et ( obtenir) ces petites victoires sur les petits objectifs que nous nous sommes fixés à partir de ces coups de pied arrêtés, de ces batailles de rupture et cetera. »

Il manque à l’Angleterre 12 joueurs qui sont en tournée en Afrique du Sud avec les Lions britanniques et irlandais. L’entraîneur Eddie Jones repose également plusieurs vétérans, dont George Ford, Jonny May et Ben Youngs pour la série de tests d’été.

Mais étant donné la profondeur du rugby anglais et le désir des nouveaux arrivants de revendiquer de futures opportunités de jeu, l’Angleterre alignera une équipe dangereuse.

Une jeune équipe anglaise, avec 12 débutants lors de la 23e journée – dont huit lors de la 15e de départ – a battu les États-Unis 43-29 samedi dernier.

Les Canadiens profiteront des matchs tests de juillet pour se préparer au début des qualifications pour la Coupe du monde cet automne. Les Eagles des États-Unis, 16e au classement, et premier adversaire du Canada en qualification, affronteront l’Irlande, no 4, samedi à Dublin.

« Plus ils sont gros, plus ils te frappent fort »

Kingsley Jones, un ancien capitaine du Pays de Galles, s’attend à un défi de taille.

« Comme ma mère me disait toujours ‘Plus ils sont gros, plus ils te frappent fort. Et n’oublie pas ça' », a-t-il déclaré.

Les hommes canadiens ont été basés à l’extérieur de Bristol pendant la majeure partie de leur séjour en Angleterre. Bien qu’être coincé dans une bulle pour éviter COVID ait limité ce qu’ils peuvent faire, Jones dit que l’équipe a passé beaucoup de temps ensemble à l’hôtel à regarder le tournoi de football Euro 2020 à la télévision.

« Cela a en fait contribué à la camaraderie et à l’esprit d’équipe », a-t-il déclaré.

Jones apporte deux changements à son pack avant avec Reegan O’Gorman passant du flanker côté aveugle à la deuxième rangée à la place du blessé Josh Larsen (nuque raide). Corey Thomas des Los Angeles Giltinis, né en Australie mais éligible pour le Canada par l’intermédiaire de son père né à Edmonton, arrive au 6e rang.

Gagnant sa première sélection, Lachlan Kratz de NOLA Gold se place au centre avec Quinn Ngawati tombant sur le banc aux dépens de Lucas Albornoz.

« Je pense que Lockie a impressionné tout le monde cette saison », a déclaré Jones à propos du joueur de 21 ans d’Oak Bay, en Colombie-Britannique.

« Ses mètres de course, son niveau de forme physique, sa vitesse. J’ai été vraiment impressionné par lui », a-t-il ajouté. « Quinn a bien fait mais nous devons donner une opportunité aux gens. »

Le pilier des SaberCats de Houston, Liam Murray, en lice pour sa première sélection, fait partie des remplaçants canadiens. Il remplace Tyler Rowland, qui a reçu un coup à la tête.

Capitaine Canada

Lucas Rumball est capitaine du Canada avec son coéquipier des Arrows de Toronto Ben LeSage comme vice-capitaine.

Dans le département « couvrant toutes les bases », World Rugby a déclaré que le Canada dépasserait Hong Kong n ° 22 avec une égalité contre l’Angleterre et pourrait se classer parmi les 20 premiers s’il gagne et que le Portugal n ° 21 perd face aux Pays-Bas n ° 24. L’Angleterre pourrait tomber jusqu’à la septième place avec une défaite.

Une victoire de l’Angleterre n’améliorera pas son classement.

Quatre joueurs feront leurs débuts en Angleterre samedi : le centre Dan Kelly, l’ailier Adam Radwan, le verrou Harry Wells et le n°8 Alex Dombrandt. Le flanker Lewis Ludlow est capitaine de l’Angleterre tandis que le talonneur Jamie Blamire fait son premier départ en Angleterre.

Le demi-volant très vanté des Harlequins, Marcus Smith, 22 ans, remporte sa deuxième sélection en Angleterre.

Les 15 partants canadiens totalisent 204 sélections, dont 53 du pilier Justice Sears-Duru. Le pack a un total de 159 sélections avant le match tandis que les arrières sont au nombre de 45.

Le Canada est privé de certains de ses pros à l’étranger, dont Tyler Ardron, Evan Olmstead et Matt Tierney. Jones a déclaré qu’ils avaient regardé Conor Young mais que l’ancien accessoire des moins de 20 ans jouait en Australie et n’aurait pas pu revenir s’il partait en raison des restrictions COVID.

Les Anglais de départ 15 entrent dans le match avec un nombre de caps combinés de seulement 129 avec le centre Henry Slade (39), le pilier Ellis Genge (29), le verrou Charlie Ewels (22) et le flanker Sam Underhill (23) représentant 113 d’entre eux.

Jamie Cudmore, l’entraîneur des attaquants du Canada et l’un des exportateurs de rugby les plus célèbres du pays, a débuté le match de 2004 contre l’Angleterre à Twickenham.

« Je me suis fait exploser le genou au premier coup d’envoi et je n’ai réussi qu’environ 20 minutes après cela », se souvient-il. « Pas le meilleur des souvenirs.

« Et la dernière fois que j’ai joué à Twickenham, j’ai failli me faire tuer par une commotion cérébrale. J’espère vraiment que les choses iront mieux pour les garçons (samedi). »

Henry Paul, maintenant entraîneur-chef de l’équipe canadienne masculine de sept, s’est aligné pour l’Angleterre lors du match de 2004. L’Angleterre venait de remporter la Coupe du monde l’année précédente avec Jason Robinson, Will Greenwood et Mike Tindall dans sa formation contre le Canada.

Le Canada a également affronté l’Angleterre à Twickenham en décembre 1994 et août 1999, perdant respectivement 60-19 et 36-11. Les deux équipes s’y sont également rencontrées en octobre 1983, mais l’Angleterre n’a pas attribué de sélection pour la victoire 27-0.

#Canada #concentre #sur #les #mêlées #les #alignements #avant #match #test #contre #lAngleterre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *