L’athlète de karaté canadien Derafshipour nommé dans l’équipe des réfugiés pour les Jeux de Tokyo

Vues: 1
0 0
Temps de lecture:3 Minute, 9 Second

Les rêves olympiques de Hamoon Derafshipour ont commencé en Iran, puis se sont épanouis au Canada.

Désormais, la star du karaté concourra en tant que membre de l’équipe olympique des réfugiés aux Jeux de Tokyo.

Et s’il monte sur le podium des médailles, Derafshipour dit que ce sera doux-amer de voir le drapeau olympique monter pour lui.

« Bien sûr, je suis tellement triste à ce sujet », a déclaré Derafshipour à propos de ne pas concourir pour l’Iran. « Mais j’ai un objectif, et en ce moment, le Canada est mon pays. »

Le joueur de 28 ans et son épouse Samira Malekipour, qui est également son entraîneur, ont quitté l’Iran en 2019 pour Kitchener, en Ontario, car il a des cousins ​​​​dans la ville voisine de Waterloo. Dans une interview, Derafshipour a refusé de parler de ses raisons de quitter l’Iran par souci pour les membres de sa famille qui vivent toujours dans le pays.

Derafshipour est né à Kermanshah, près de la frontière Iran/Irak. Malekipour, médaillé de bronze aux Jeux asiatiques de 2010, entraînait l’équipe féminine d’Iran lorsque les deux se sont rencontrés. Ils se sont mariés et ont ouvert une académie de karaté en Iran en 2017.

Les deux sont arrivés au Canada juste avant le coup de COVID-19, ce qui a fait 15 mois difficiles à Kitchener. Alors que Derafshipour travaillait à Driftwood Martial Arts à Kitchener, les protocoles de pandémie ont signifié que le gymnase a été fermé pendant les fermetures de l’Ontario. Il a depuis travaillé pour une entreprise automobile, puis a collecté des fonds via une page GoFundMe pour un camp d’entraînement de six semaines à Istanbul, sa base actuelle.

« Le Canada est pour les nouveaux arrivants, mais nous avons commencé la vie un peu différemment… c’était une situation difficile, difficile à cause de la COVID », a-t-il déclaré. « Mais en ce moment, nous allons aux Jeux olympiques, et nous sommes heureux, nous nous disons toujours: » Nous allons à Tokyo pour ramener ma médaille à la maison, au Canada. Nous regarderons les Jeux olympiques comme ça. « 

Équipe de réfugiés pour les Jeux de Tokyo

Si la réglementation COVID-19 permet aux athlètes de défiler lors des cérémonies d’ouverture du 23 juillet, l’équipe des réfugiés marchera derrière le drapeau olympique. L’équipe comprend des athlètes dans 12 sports, provenant de 13 comités nationaux olympiques hôtes.

Les 29 athlètes ont été sélectionnés parmi un groupe de 55 athlètes potentiels de 13 pays. Six membres de l’équipe ont également participé à la première équipe olympique de réfugiés aux Jeux de 2016 à Rio.

Le Comité olympique canadien est considéré comme le CNO hôte de Derafshipour, et l’a mis en contact avec Karaté Canada à des fins de formation et de soutien, et l’a aidé à le guider tout au long de son processus de demande de visa.

Pour être sélectionnés dans l’équipe des réfugiés, les athlètes doivent être des réfugiés reconnus ou des bénéficiaires d’une protection internationale selon l’agence du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), et avoir fait leurs preuves en compétition de haut niveau dans leur sport.

Objectifs fixés pour Tokyo

Derafshipour, qui a remporté le bronze aux championnats du monde 2018, a déclaré que Malekipour est la clé de son succès. Ils ont des objectifs ambitieux pour Tokyo.

« Tout le temps à la maison, nous parlons de sport, de karaté, des Jeux olympiques, parce que je crois que je suis né pour aller aux Jeux olympiques et [get] résultats », a déclaré Derafshipour. « Je crois que, Samira le sait, je ne suis pas excité d’y aller seulement pour que nous puissions dire ‘Oh, voici les Jeux olympiques.’

« Nous voulons aller aux Jeux olympiques pour des résultats, pour une médaille. »

#Lathlète #karaté #canadien #Derafshipour #nommé #dans #léquipe #des #réfugiés #pour #les #Jeux #Tokyo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *