La suspension de Sha’Carri Richardson relance le débat olympique sur les substances interdites

Vues: 6
0 0
Temps de lecture:3 Minute, 45 Second

Le sprinter américain Sha’Carri Richardson a été testé positif aux produits chimiques trouvés dans la marijuana lors des essais olympiques américains.

Le champion américain de 21 ans, qui a remporté le 100 mètres en 10,86 secondes le 19 juin, a accepté une suspension de 30 jours la semaine dernière et manquera les Jeux olympiques de Tokyo.

La suspension de Richardson, qui se termine le 27 juillet, lui aurait quand même donné la possibilité de participer aux relais féminins, mais USA Track and Field ne l’a pas sélectionnée dans sa liste olympique.

La star américaine de l’athlétisme était un espoir de médaille d’or et devait affronter la Jamaïcaine Shelly-Ann Fraser-Pryce dans l’une des courses phares de la compétition d’athlétisme olympique.

Dans le dernier épisode de la série vidéo de CBC Sports Amène le à l’intérieur, Morgan Campbell est rejoint par Meghan McPeak et Dave Zirin pour discuter du test de cannabis positif de Richardson et des raisons pour lesquelles il devrait être retiré de la liste olympique des substances interdites.

Au moment de l’enregistrement, la candidature de la sprinteuse américaine pour participer aux relais féminins à Tokyo 2020 était encore indécise par l’USATF.

Trouvez des diffusions en direct, des vidéos à ne pas manquer, des actualités de dernière minute et plus encore dans un package parfait pour les Jeux Olympiques. Suivre Équipe Canada n’a jamais été aussi facile ou excitant.

Plus de Tokyo 2020

REGARDER | Amène le à l’intérieur le panel discute de la suspension de Richardson :

Morgan Campbell est rejoint par Dave Zirin et Meghan McPeak pour discuter du test de cannabis positif de Sha’Carri Richardson et de sa suspension d’un mois de la compétition. 11:17

Alors que des rapports faisaient surface sur sa possible consommation de marijuana, Richardson a publié un tweet disant: « Je suis humaine ». La sprinteuse a ensuite révélé qu’elle fumait de la marijuana pour faire face au décès récent de sa mère.

« J’ai été définitivement déclenché et aveuglé par les émotions, aveuglé par la méchanceté, et blessé, et cachant ma blessure », a déclaré Richardson sur Aujourd’hui. « Je sais que je ne peux pas me cacher, donc d’une certaine manière, j’essayais de cacher ma douleur. »

Le fait que Richardson ratera l’épreuve olympique du 100 m a eu le Amène le à l’intérieur panel remettant en cause la place de la marijuana sur la liste olympique interdite.

« C’est enveloppé d’ignorance et de fanatisme et regardez le résultat final, nous n’avons pas Sha’Carrie Richardson, nous n’avons pas Flo Jo 2.0, nous avons quelqu’un qui ne se tourne pas vers le cannabis et qui est lent,  » dit Zirine.

« La science est assez claire »

Bien que l’Agence mondiale antidopage (AMA) ait relevé le seuil d’un test de cannabis positif, elle ne l’a pas retiré de sa liste de substances interdites.

« La science est assez claire, que vous fumiez une heure avant la course, un jour avant la course, [or] pendant la course, cela ne vous rend pas plus rapide », a souligné Campbell.

McPeak a parlé de la gestion de la suspension par Richardson.

« Sha’Carri Richardson a géré cela de la même manière que nous avons vu les femmes noires gérer les choses pendant des siècles, avec grâce et respect », a déclaré McPeak. « Elle a admis qu’elle avait fait quelque chose de mal par la règle.

« Nous savons ce que c’est. Il s’agit d’une autre règle archaïque du CIO et d’autres instances dirigeantes qui ne veulent pas voir une femme de couleur tatouée, aux ongles longs, excentrique et lacée sur le devant avoir l’excellence. et ils font tout ce qui est en leur pouvoir pour en retirer le plus possible afin qu’ils puissent l’avoir comme ils le souhaitent comme leurs Jeux Olympiques.

Campbell a ajouté à la discussion: « Que cette règle mérite ou non d’exister en 2021 est une question complètement différente et c’est là qu’il y a de la place pour le débat. »

Le panel a également évoqué la nouvelle de deux coureurs namibiens interdits de participer à la course de 400 m en raison de l’augmentation des niveaux de testostérone.

REGARDER | Amène le à l’intérieur Un panel discute de la dernière interdiction des tests hormonaux imposée aux coureurs namibiens :

Morgan Campbell est rejoint par Dave Zirin et Meghan McPeak pour discuter de la dernière interdiction des tests hormonaux des coureurs namibiens Christine Mboma et Beatrice Masilingi, qui ont été empêchés de participer à l’épreuve olympique de 400 mètres en raison de niveaux élevés de testostérone naturelle. 9:10

#suspension #ShaCarri #Richardson #relance #débat #olympique #sur #les #substances #interdites

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *