La héroïne canadienne du soccer féminin Diana Matheson annonce sa retraite après 15 ans

Vues: 3
0 0
Temps de lecture:7 Minute, 10 Second

L’un des moments olympiques les plus mémorables de l’histoire du Canada est survenu aux Jeux de 2012 à Londres, un but qui témoignait du courage, de la détermination et du cœur de l’équipe féminine canadienne de soccer. Et il n’a pas été marqué par Christine Sinclair.

Il a été marqué par Diana Matheson, la milieu de terrain inébranlable de 5 pieds, qui a toujours personnifié ces mêmes qualités sur le terrain lorsqu’elle portait l’insigne canadien.

Ce but emblématique de 1-0 à la 93e minute contre la France favorite a valu au Canada sa première de ses deux médailles de bronze olympiques et a aidé à guérir une nation au cœur brisé après une défaite dévastatrice en demi-finale contre les Américains.

« Ce fut le moment décisif de ma carrière », a-t-elle déclaré.

Mercredi, Matheson a annoncé sa retraite après 15 ans dans l’équipe nationale et plus d’une douzaine de saisons en tant que footballeur professionnel. Une blessure persistante au pied a exclu l’athlète de 37 ans originaire d’Oakville, en Ontario, des Jeux olympiques de Tokyo et elle a conclu que c’était le bon moment pour raccrocher les crampons.

« Tout le monde a dit de jouer aussi longtemps que possible, donc je pense que je l’ai fait, donc pas de regrets. J’ai littéralement joué aussi longtemps que j’ai pu. Je ne peux plus supporter la charge, mais j’ai tout laissé sur le terrain. Je suis fière de ça », a-t-elle déclaré. « Personnellement, professionnellement, je suis prêt à être chez moi et à travailler sur de nouvelles choses.

Trouvez des diffusions en direct, des vidéos à ne pas manquer, des actualités de dernière minute et plus encore dans un package parfait pour les Jeux Olympiques. Suivre Équipe Canada n’a jamais été aussi facile ou excitant.

Plus de Tokyo 2020

« Je suis dans le meilleur endroit possible et pourtant je sais toujours que ça va être émouvant et difficile. »

Matheson est l’une des trois Canadiennes à avoir atteint la barre des 200 sélections pour le pays (avec Sinclair et Sophie Schmidt) et avec deux médailles de bronze olympiques en trois Jeux olympiques et trois participations à la Coupe du Monde Féminine de la FIFA, elle est parmi les plus décorées acteurs de l’histoire du pays.

REGARDER | Diana Matheson a annoncé sa retraite :

La joueuse de soccer et olympienne canadienne Diana Matheson s’assoit avec Signa Butler de CBC pour annoncer sa retraite, réfléchir à sa carrière et discuter de la prochaine étape. 8:08

‘J’ai cassé le moule’

Bien que Matheson n’ait jamais représenté le Canada sur la scène internationale chez les jeunes, elle a attiré l’attention de l’entraîneur de l’équipe nationale de l’époque, Even Pellerud, en 2003.

Les équipes de Pellerud étaient souvent de taille robuste et jouaient un style de football plus direct plutôt qu’un jeu de type possession.

« J’ai cassé le moule », rit Matheson, notant que les équipes de Pellerud avaient également une intensité caractéristique de défense d’abord et une mentalité de récupérer le ballon à tout prix.

« J’ai apporté ça, il aimait ça chez moi. Il ne me faisait pas nécessairement devenir un meneur de jeu créatif à l’époque, mais une fois qu’ils m’ont donné une chance, je suis resté. »

Et elle l’a fait – pour 206 apparitions internationales ainsi que tous les hauts et les bas du programme.

Les plus bas comprenaient la non-qualification pour les Jeux olympiques d’Athènes de 2004 et la dernière place de la Coupe du monde féminine de la FIFA 2011.

Mais les hauts étaient beaucoup plus nombreux que les bas. Deux médailles de bronze olympiques et qualification pour leurs tout premiers Jeux olympiques en 2008 à Pékin.

L’apogée de tout cela était Londres 2012, tournant autour de cette dernière place un an plus tôt et se retrouvant sur le podium dans les circonstances les plus frappantes.

REGARDER | Le gagnant de Matheson remporte le bronze pour le Canada aux Jeux olympiques de 2012 :

Le but gagnant de la médaille de bronze de Diana Matheson contre la France aux Jeux olympiques de 2012 a donné au Canada sa première médaille olympique de soccer depuis 1936. 1:57

La principale préoccupation des Canadiens était la défaite controversée de 4-3 contre les Américains en prolongation. Un match qui a vu un tour du chapeau de Sinclair et le Canada détenait une avance de 3-2 à la 78e minute jusqu’à ce qu’une série de décisions arbitrales bizarres conduise les Américains à égaliser le match à 3.

« Les gens se souviennent de ce match des Jeux olympiques pour les États-Unis à coup sûr. C’était juste un bon match de football fou – le tour du chapeau de Christine, avec l’arbitrage que vous n’avez jamais vu auparavant ou depuis et la dévastation de cela et la façon dont le Canada s’est rallié derrière nous. . Et puis le drame du match pour la médaille de bronze, nous avons juste eu tout le drame. Nous n’avons pas seulement remporté une médaille de bronze, nous avons eu les Jeux olympiques les plus dramatiques, déchirants et festifs. C’était fou que cela se soit passé de cette façon. Et nous monter sur le podium. C’était un rêve devenu réalité. »

Pour Matheson et les joueuses de sa génération et au-delà, le prochain rêve est une ligue professionnelle féminine au Canada. C’est quelque chose sur son radar alors qu’elle entre dans la prochaine phase de sa vie.

« C’est la prochaine chose à faire », a déclaré Matheson, qui a joué la majeure partie de sa carrière professionnelle avec l’équipe Strømmen dans le Toppserien en Norvège et dans la NWSL aux États-Unis.

« Nous avons le bassin de joueuses. Nous avons le talent ici. Canada Soccer a fait un si bon travail pour soutenir notre équipe nationale féminine au fil des ans, notre système de jeunes est incroyable. La prochaine chose est que nous devons simplement construire ce paysage professionnel. Nous devons construire quelque part pour nos femmes afin qu’elles n’aient pas à prendre leur retraite une fois leurs études universitaires terminées ou qu’elles n’aient pas à aller jouer [abroad] … Le Canada est un endroit qui peut soutenir une ligue professionnelle complète et c’est quelque chose sur lequel je suis vraiment excité de travailler ensuite. »

Matheson a dit qu’il y a des gens au Canada qui ont déjà fait le travail, qu’il y a un plan en place et qu’il y a eu un intérêt de la part des investisseurs. En plus de cela, elle pense que le pays pourrait également soutenir les clubs de la NWSL.

« C’est un fruit assez bas », a-t-elle déclaré. « Nous pouvons commencer et c’est quelque chose que Canada Soccer et Nick Bontis, le président, ont dit est une priorité, alors maintenant que nous sortons de COVID, tout le monde recommence à jouer au soccer, espérons que c’est quelque chose que nous voyons Nick et Canada Soccer va vraiment pousser au cours des prochaines années.

Rôle de front office à l’avenir?

Et ne soyez pas surpris si vous voyez Matheson dans une sorte de rôle de front office à l’avenir.

« Je veux vraiment en faire partie », a-t-elle déclaré, notant les réalisations post-football d’anciennes coéquipières comme Karina LeBlanc (responsable de la CONCACAF pour les femmes), Rhian Wilkinson et Carmelina Moscato (entraîneurs internationaux) et Kaylyn Kyle (diffusion) entre autres.

« J’adorerais aider à bâtir une ligue. J’adorerais aider à diriger un club professionnel au Canada. Je pense que plus nous pourrons avoir de femmes, de voix diverses et d’anciens joueurs et athlètes aux plus hauts niveaux, mieux ce sera pour le sport. « sont motivés pour les bonnes raisons. Nous voulons seulement voir le jeu grandir au Canada et réussir. »

REGARDER | Matheson revient sur ce but contre la France en 2012 :

Dans une entrevue avec Anastasia Bucsis de CBC Sports avant son intronisation au Temple de la renommée olympique du Canada, la milieu de terrain de soccer Diana Matheson discute de son but qui a remporté la médaille de bronze pour le Canada aux Jeux olympiques de Londres en 2012. 3:46

Bien qu’il n’y ait pas de magie Matheson cet été à Tokyo, la vétéran pense que son équipe a le talent pour gagner et que doit-elle faire pour courir après une troisième médaille olympique consécutive ?

« La croyance qu’ils peuvent le faire, ce que je pense qu’ils ont », a-t-elle déclaré. « La différence entre le Canada dans un tournoi moyen et un grand tournoi, c’est simplement de mettre le ballon au fond du filet. Donc, être mortel devant et si nous le faisons, nous pouvons atteindre la plus haute marche du podium.

#héroïne #canadienne #soccer #féminin #Diana #Matheson #annonce #retraite #après #ans

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *