Juggernaut Jets ? Les observateurs notent les premiers parallèles avec la course à la Coupe Stanley 2012 des Kings de Los Angeles

Vues: 3
0 0
Temps de lecture:5 Minute, 16 Second

Randy Lewis a connu un peu de déjà-vu en regardant les Jets de Winnipeg balayer Edmonton au premier tour.

Il a envoyé un texto à son fils de l’attaquant des Jets, Trevor Lewis, pour lui dire que l’équipe lui donnait des flashbacks sur les Kings de Los Angeles 2012 – l’équipe qui a également éliminé un adversaire très favorisé et a traversé les séries éliminatoires en route vers la première Coupe Stanley de l’histoire de la franchise .

Du manque d’attentes à un gardien de but d’élite, un jeune défenseur des crampons et un capitaine vétéran audacieux, Winnipeg ressemble à une copie conforme de LA il y a neuf ans.

Trevor Lewis, le seul joueur de ces deux équipes, voit les parallèles chez les gardiens Connor Hellebuyck et Jonathan Quick et la mentalité nous contre le monde qui les alimente.

« Il y a définitivement des comparaisons avec Quickie quand il était incroyable et Hellebuyck – il a été génial pour nous », a déclaré Lewis, qui a passé 12 ans avec les Kings avant de rejoindre les Jets cette saison. « Un groupe soudé et un peu comme un outsider et personne ne vous donne vraiment une chance. »

Près d’une décennie après que les Kings ont remporté leurs trois premières séries avec un total de deux défaites, la prochaine chance des Jets de montrer qu’ils appartiennent à cette entreprise commence mercredi alors qu’ils accueillent le match 1 de la série de deuxième ronde contre Montréal. Les Canadiens sauront sûrement ce qui s’en vient.

« Peut-être qu’Edmonton a été un peu surpris de notre engagement envers la défensive et de la précision avec laquelle nous avons pu vérifier certains d’entre eux au début de la série », a déclaré l’attaquant de Winnipeg Adam Lowry. « Je ne pense pas que vous allez voir cela au deuxième tour. Je pense que vous allez obtenir le meilleur de chaque équipe chaque soir et que la meilleure équipe l’emportera. »

Le défenseur Josh Morrissey, à gauche, affronte l’attaquant des Canadiens de Montréal Josh Anderson plus tôt cette saison. Le défenseur de Winnipeg a été une tour de force pour les Jets au premier tour des séries éliminatoires. (Graham Hughes/La Presse Canadienne)

Le premier tour a été une vitrine pour Hellebuyck, le défenseur no 1 Josh Morrissey et le capitaine Blake Wheeler. Après que les Kings de 2012 aient maintenu Henrik et Daniel Sedin à sept points en cinq matchs, les Jets ont limité le MVP probable Connor McDavid et le MVP en titre Leon Draisaitl à neuf dans le balayage.

Morrissey a joué en moyenne 30 minutes par match, faisant sa meilleure impression du meilleur défenseur des Kings Drew Doughty.

« Chaque joueur veut avoir la possibilité de jouer autant que possible et de courir avec ça », a déclaré Morrissey. « Je savoure certainement cette opportunité. »

Hellebuyck, le vainqueur en titre du trophée Vézina âgé de 28 ans, a stoppé 151 des 159 tirs. Quick est également américain et émergeait dans la mi-vingtaine comme l’un des meilleurs gardiens de but du hockey.

« Ils ont été très bons sur la route, et la comparaison serait le gardien de but », a déclaré l’entraîneur des Kings à deux reprises, Darryl Sutter, par téléphone lundi. « Quick et Hellebuyck seraient vraiment comparables. »

Le capitaine des Jets de Winnipeg Blake Wheeler porte la rondelle contre les Oilers au premier tour. (Jason Franson/La Presse Canadienne)

Les styles de hockey le sont aussi. Sutter, qui a entraîné contre Winnipeg cette année avec Calgary, établit des parallèles en regardant la force des Jets au milieu et l’échec avant implacable.

« Il y a probablement des similitudes en termes de taille, de grain et de vitesse », a déclaré Sutter. « Quand vous êtes une grande équipe, alors ils ne disent pas que vous êtes rapide. Mais ces équipes à LA étaient de grandes équipes rapides et c’est ce qui est un peu négligé. C’est probablement similaire à Winnipeg. »

Les Jets s’appuient également sur leur capitaine comme les Kings l’ont fait avec Dustin Brown en 2012. Brown est devenu le deuxième capitaine né aux États-Unis à soulever la Coupe, et Blake Wheeler de Winnipeg vise à être le troisième.

Wheeler a pris une rondelle au milieu à la fin de la troisième période du match no 4 contre Edmonton dans l’un de ces moments de capitaine que les Jets se sont habitués à voir de lui.

« Ce n’est pas seulement dans les matchs: c’est comment il se déplace dans la salle », a déclaré l’entraîneur Paul Maurice. « Il est de bonne humeur. Il est excité. … Blake est un pilote. C’est un grinder et c’est un pilote et c’est un gars branché. Alors quand il apporte plus que ça, comme pour s’amuser, il allège en quelque sorte la pièce un peu. »

CV de coaching similaires

Maurice est un entraîneur plus léger que Sutter bourru et sensé, bien que leurs curriculum vitae se ressemblent. Sutter en était à son cinquième arrêt d’entraîneur-chef dans la LNH, alors qu’il s’agit du quatrième de Maurice et il a été assez longtemps pour avoir été derrière le banc des Whalers de Hartford.

« Ils sont vraiment similaires dans la façon dont ils connaissent le jeu », a déclaré Lewis à propos des entraîneurs. « Ils peuvent certainement faire passer le message, mais vous comprenez certainement quand ils essaient de faire passer quelque chose. Ils peuvent avoir différentes manières de s’y prendre, mais leur connaissance du jeu est assez similaire. »

Des similitudes avec les Kings pourraient arriver un peu bientôt pour certains membres plus jeunes des Jets.

Andrew Copp, qui était en dernière année au lycée lorsque LA a fait sa course, connaît bien les comparaisons avec les Predators de Nashville 2016 qui sont allés en finale malgré leur entrée en séries éliminatoires après coup. Il ne veut pas trop s’avancer.

« Chaque fois qu’une équipe est écartée ou peut-être un outsider au premier tour et sort en quelque sorte contre une équipe qui devait en quelque sorte passer à autre chose, je pense que vous commencez à faire des parallèles avec [Los Angeles] ou Nashville », a déclaré Copp.

« Mais nous ne nous concentrons pas encore vraiment sur l’établissement de parallèles avec les vainqueurs de la Coupe Stanley. Nous sommes juste un peu inquiets pour le premier match de la prochaine série. »

#Juggernaut #Jets #Les #observateurs #notent #les #premiers #parallèles #avec #Coupe #Stanley #des #Kings #Los #Angeles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *