Heil et les meilleurs athlètes canadiens demandent au gouvernement fédéral de combler les lacunes du système sportif sécuritaire

Vues: 10
0 0
Temps de lecture:3 Minute, 18 Second

La double médaillée olympique canadienne Jennifer Heil, avec le soutien de 12 olympiens et paralympiens canadiens, a rédigé une lettre ouverte appelant le ministre du Patrimoine Steven Guilbeault à améliorer la protection des victimes d’abus dans le sport canadien.

La lettre met en évidence les lacunes du système national de sport sécuritaire actuel tout en détaillant les changements qui doivent être apportés afin de protéger les athlètes au Canada.

« Notre système sportif doit cesser de normaliser les comportements abusifs et nuisibles et cesser de se cacher derrière des processus inefficaces », lit-on dans la lettre de Heil.

Heil n’est pas seule dans son appel au changement, car la lettre est officiellement soutenue par ses collègues athlètes canadiens Alex Bilodeau, Patrick Chan, Derek Drouin, Perdita Felicien, Allison Forsyth, Brent Hayden, Beckie Scott, Jessica Tuomela, Mark Tewksbury, Helen Upperton, Tessa Virtue et Lauren Woolstencroft.

« Il faut agir »

Les principaux problèmes soulignés dans la lettre concernent le traitement des victimes d’abus qui se manifestent et les raisons pour lesquelles les cas d’abus dans le sport doivent être traités par des enquêteurs indépendants plutôt que par des organisations sportives.

« Des mesures doivent être prises pour garantir que des solutions protègent pleinement les victimes qui signalent des abus et du harcèlement de manière juste, transparente et responsable pour tous », a déclaré Heil.

« Dans de trop nombreux cas, les athlètes qui se présentent courageusement sous la contrainte pour signaler des abus et du harcèlement sont réduits au silence ou subissent un traumatisme supplémentaire. Cela se produit parce que le processus de résolution est géré par l’organisation sportive qui emploie la personne contre laquelle l’athlète fait la réclamation. « 

Les athlètes dans la lettre demandent la mise en place d’un processus indépendant et centralisé qui puisse traiter les plaintes d’abus avec transparence tout en maintenant les sanctions et en imposant un code de conduite amélioré.

« Les organisations sportives ne devraient pas être juges de ce qui est un comportement approprié ou de ce qui ne l’est pas », a déclaré Heil. « Ces déterminations devraient être confiées à des professionnels qualifiés tels que des enquêteurs ou des arbitres. »

La lettre détaille la nécessité d’un code de conduite unique avec un langage cohérent, une base de données centralisée sur les sanctions et des garanties et un financement des processus centrés sur les victimes.

Alors que le gouvernement canadien a mis en œuvre des solutions sportives sécuritaires au niveau national, y compris le code de conduite d’Athlétisme Canada pour prévenir et lutter contre les mauvais traitements dans le sport, Heil souligne que le Canada prend du retard par rapport aux autres pays en ce qui concerne le traitement des victimes.

« Il est essentiel que le Canada se joigne à d’autres nations sportives de premier plan dans l’effort de modifier le déséquilibre des pouvoirs, en protégeant la santé et le bien-être de tous.

Le ministre du Patrimoine canadien Steven Guilbeault est vu lors d’une conférence de presse à Ottawa le 17 avril 2020. (Adrian Wyld/La Presse Canadienne)

Heil affirme également que des solutions appropriées ont été développées avec succès dans d’autres secteurs canadiens, tout en appelant Guilbeault et le secteur canadien du sport à suivre ces exemples.

« Vous avez l’occasion historique de protéger les jeunes athlètes vulnérables au sein du système sportif canadien. Un titre de plus exposant d’autres abus horribles envers les athlètes est un de trop », a déclaré Heil.

La médaillée d’or olympique de bosses de Spruce Grove, en Alberta, a joué un rôle déterminant dans la lutte pour l’amélioration de la sécurité dans le sport canadien au fil des ans, car elle a conçu et dirigé le développement du programme BC Safe Sport pour lutter contre les abus et le harcèlement.

« Tout le monde dans le système sportif a besoin et mérite le droit de s’entraîner et de concourir dans des environnements psychologiquement et physiquement sûrs, exempts d’abus et de harcèlement », a déclaré Heil.

#Heil #les #meilleurs #athlètes #canadiens #demandent #gouvernement #fédéral #combler #les #lacunes #système #sportif #sécuritaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *