Contrairement aux joueurs de la LNH, d’autres athlètes n’obtiennent pas d’exemption à la frontière du gouvernement canadien

Vues: 2
0 0
Temps de lecture:8 Minute, 1 Second

À peine deux mois avant de se hisser sur la ligne de départ des Jeux olympiques de Tokyo, Melissa Bishop-Nriagu a été confinée chez elle pour une quarantaine de 14 jours.

La coureuse de 800 mètres s’est rendue aux États-Unis à la recherche de courses et de conditions décentes pour exécuter la norme de qualification olympique, puis – mission accomplie – elle est retournée à Windsor, en Ontario, auprès de son mari et de sa jeune fille, et les quatre murs de son gymnase à domicile pendant deux semaines.

« Ce n’est pas un scénario idéal. Mais c’est le monde dans lequel nous vivons actuellement », a-t-elle déclaré avant de rentrer de Californie.

C’est une autre histoire pour les joueurs de la LNH.

Le gouvernement fédéral a annoncé dimanche qu’il accordait une exemption de voyage pour les séries éliminatoires de la LNH, ce qui signifie que le vainqueur de la division Nord, soit Montréal ou Winnipeg, et son adversaire américain, peuvent traverser la frontière pour le prochain tour des séries éliminatoires, sans la quarantaine de 14 jours auxquels sont confrontés la plupart des Canadiens.

Cette décision a suscité la frustration d’autres organisations sportives.

« En pensant à des athlètes comme Melissa Bishop, qui a dû se rendre à San Diego pour faire son standard olympique, et qui revient, doit se mettre en quarantaine, l’impact sur son plan d’entraînement pour être à son apogée à Tokyo a été énorme », a déclaré Dominick Gauthier, co-fondateur de B2ten, un groupe privé canadien qui assiste les athlètes d’élite.

« Et maintenant, ils font ça pour le joueur de la LNH? C’est exaspérant. Je ne suis plus un athlète (Gauthier a participé aux Jeux olympiques en ski acrobatique), mais je bouillonne en ce moment. [ticked] pour les athlètes que nous soutenons. Si j’étais un athlète ou un entraîneur, je perdrais la tête. C’est la plus grosse insulte de la part de notre gouvernement, et je me fiche de la putain de raison qu’ils donnent pour cela. »

Les protocoles de la LNH incluent des tests avant et après le départ lors du passage de la frontière. Les joueurs sont confinés dans leurs hôtels et dans l’arène. Les joueurs canadiens peuvent rester chez eux pendant leur séjour.

« Au cas par cas »

Le ministre de l’Immigration, Marco Mendicino, a déclaré que le gouvernement « acceptera toute autre proposition du sport professionnel au cas par cas ».

Les organisateurs du tournoi de qualification olympique de basket-ball FIBA ​​à Victoria ce mois-ci attendent une exemption similaire. Clint Hamilton, président du comité directeur du tournoi, a déclaré que leur plan, élaboré avec l’aide du responsable régional de la santé, doit être approuvé par les bureaux de santé provinciaux et fédéraux.

Les six équipes participantes, dont le Canada, devraient arriver le 25 juin. Les participants doivent ensuite être testés et mis en quarantaine pendant deux jours.

« Ils entrent immédiatement dans un environnement de bulles très contenu et contrôlé [of] l’hôtel, le lieu d’entraînement et le lieu de jeu réel, c’est votre bulle », a déclaré Clint Hamilton, président du comité directeur du tournoi. « Ils sont très strictement surveillés, il y a des protocoles très stricts et un respect très strict de cela.

REGARDER | Leader olympique canadien à l’aise avec les protocoles COVID-19 :

Marnie McBean dit à Power & Politics qu’elle est convaincue que les protocoles de sécurité d’Équipe Canada protégeront à la fois les athlètes et les habitants de Tokyo. 6:32

« Donc, tout cela fait partie du plan que nous devons présenter et avoir approuvé – et je suis extrêmement confiant dans ces plans – qui permettra aux équipes de participer et de participer au tournoi de qualification d’une manière qui assurera la sécurité à tous, et s’assurer qu’il n’y a pas de transmission du virus COVID. »

Le vainqueur de l’épreuve du 29 juin au 4 juillet se qualifie pour les Jeux olympiques de Tokyo.

Pendant ce temps, alors que les camps d’entraînement de la Ligue canadienne de basket-ball élite devraient ouvrir le 15 juin, les joueurs d’importation terminent actuellement leur quarantaine de deux semaines dans leurs villes respectives. Le président des BlackJacks d’Ottawa, Michael Cvitkovic, a déclaré que l’équipe hébergeait des joueurs dans un hôtel ou AirBnB pendant deux semaines. Ils ont dû se démener pour fournir des équipements d’entraînement individuels comme des tapis roulants et des kettlebells. Les entraîneurs de force et de conditionnement de l’équipe organisent des entraînements Zoom quotidiens.

« J’ai un joueur en quarantaine, il est complètement vacciné, et il a dit : ‘Tu veux dire que je ne peux même pas aller courir ?’ Non, vous ne pouvez même pas courir », a déclaré Cvitkovic. « De plus, pendant cette période de deux semaines où nous ne sommes pas dans un gymnase, les joueurs ne peuvent pas tirer ou quoi que ce soit. Ils doivent juste vraiment essayer d’être conditionnés. . . Alors, reconnaissez certainement les sacrifices que ces importations font . »

Cvitkovic a noté que Patrick Ewing Jr., l’entraîneur adjoint principal d’Ottawa, est en quarantaine dans une chambre d’hôtel avec sa femme et ses quatre enfants, tous âgés de moins de six ans. Cvitkovic a déclaré qu’Ewing était complètement vacciné.

Ottawa accueille les Lions de la rivière Niagara lors de l’ouverture de la saison de la CEBL le 24 juin.

Les équipes canadiennes de la Major League Soccer, ainsi que les Raptors de Toronto (NBA) et les Blue Jays (MLB) ont tous été forcés de jouer des matchs à domicile aux États-Unis

Le défenseur du Toronto FC Chris Mavinga a tweeté en réponse à l’annonce de la LNH : « Bonjour le gouvernement fédéral, juste pour vous faire savoir que les joueurs et le personnel (Toronto, Vancouver et Montréal) sont également complètement vaccinés et nous voulons jouer au Canada. le pays! »

Les Jays jouent actuellement des matchs à domicile à Buffalo, NY, après avoir ouvert la saison avec Dunedin, en Floride, comme lieu de résidence. Le président de l’équipe, Mark Shapiro, a été interrogé la semaine dernière sur la possibilité d’une quarantaine modifiée, que l’équipe avait l’habitude de suivre un entraînement de printemps au Rogers Center l’année dernière. Il ne s’est pas engagé dans un plan similaire, affirmant que le scénario le plus simple pour le retour des Jays est « la frontière étant ouverte ».

L’équipe masculine de soccer du Canada a déplacé son premier match « à domicile » prévu en qualification pour la Coupe du monde à la fin mars à Orlando. Et le match de mardi contre le Suriname, également officiellement une date à domicile au Canada, se joue à Bridgeview, dans l’Illinois.

Si le Canada fait match nul ou bat le Suriname, il passera à des éliminatoires aller-retour de deuxième tour les 12 et 15 juin, les Canadiens cherchant à jouer le match retour à Bridgeview s’ils se qualifient.

Le vainqueur du deuxième tour des éliminatoires se qualifie pour le dernier tour des qualifications de la CONCACAF, qui débutera en septembre. Le Canada affronterait les sept autres équipes à domicile et à l’extérieur, ce qui signifie qu’il aurait sept matchs à domicile – ce qu’il espère être devant les supporters locaux.

Les matchs à domicile sont également importants pour les résultats financiers de Canada Soccer.

« Vous cherchez désespérément à retrouver ce sentiment. Les partisans font une énorme différence dans vos matchs à domicile », a déclaré l’entraîneur du Canada John Herdman. « Bien que nous n’allions pas vivre cette expérience, nous savons que le pays sera derrière nous et nous devons juste espérer qu’en septembre, octobre, novembre, nous participerons à ces matchs et ces allocations ont été faites pour le football . Parce que pour ce sport, c’est un événement massif, massif. »

Pendant ce temps, à 46 jours de l’ouverture des Jeux olympiques de Tokyo, Gauthier espère que les athlètes et les organisations sportives utiliseront leur voix pour demander des dérogations aux règles de quarantaine. Il a déclaré que même réduire la quarantaine de moitié à une semaine seulement aiderait grandement leur préparation olympique.

« Dans certains sports, vous pouvez rester deux semaines dans une chambre d’hôtel ou dans votre jardin, et tout ira bien. Si vous êtes un cycliste, vous pouvez monter sur un entraîneur à l’intérieur, et ce n’est pas trop mal. Mais pour beaucoup de ces sports, si proches des Jeux, être coincé chez soi pendant deux semaines est complètement préjudiciable », a-t-il déclaré. « C’est tellement, tellement mauvais, et les athlètes doivent s’exprimer à mon avis, et j’espère qu’ils le feront maintenant. »

« Intenable pour les athlètes »

La règle de quarantaine pourrait éloigner complètement les athlètes de l’équipe olympique. Dave Bedford, PDG d’Athlétisme Canada, a déclaré que les athlètes participant aux championnats de la NCAA du 10 au 12 juin ne pourront pas terminer leur quarantaine avant les essais olympiques canadiens qui débuteront le 25 juin à Montréal.

« Les 14 jours seuls sont intenables pour les athlètes qui participent en 50 jours », a déclaré Bedford. « Mais cela exclut fondamentalement ces athlètes de la NCAA de venir aux essais. C’est vraiment difficile. J’ai du mal à comprendre, et quand je regarde les règlements sur les athlètes de la LNH, la seule différence est qu’ils vont apparemment voler dans des avions privés . »

Le PDG et directeur général des Toronto Arrows, Mark Winokur, a déclaré qu’il ne voyait pas les choses changer de façon imminente pour la seule équipe canadienne de rugby de la Major League, maintenant basée à Marietta, en Géorgie, car elle n’utilise pas d’avions privés.

Eric Myles, directeur des sports du Comité olympique canadien, a déclaré dans un communiqué que le COC espère que les olympiens « seront autorisés à se mettre en quarantaine dans une bulle d’entraînement tout en respectant toutes les règles des agences de santé publique ».

#Contrairement #aux #joueurs #LNH #dautres #athlètes #nobtiennent #pas #dexemption #frontière #gouvernement #canadien

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *