Axelle Crevier de water-polo heureuse de suivre le sillage olympique de sa mère

Vues: 5
0 0
Temps de lecture:4 Minute, 59 Second

Lorsqu’Axelle Crevier sautera dans la piscine pour disputer le match d’ouverture du Canada en water-polo contre l’Australie aux Jeux olympiques de Tokyo, elle reprendra une partie de l’histoire canadienne.

Crevier sera la deuxième olympienne de la famille, dans le sillage de sa mère, Marie-Claude Deslières, qui a représenté le Canada dans le même sport aux Jeux olympiques de Sydney en 2000.

Et, coup de chance à ce qui sera des Jeux restreints en cas de pandémie, sa mère pourra la voir l’accomplir en personne à Tokyo.

Bien que les partisans étrangers ne soient pas autorisés aux Jeux, Deslières sera l’une des officielles internationales du Canada, ses troisièmes Jeux olympiques dans ce rôle. Elle a été la première femme à arbitrer une finale olympique lorsqu’elle l’a fait aux Jeux olympiques de Londres 2012.

«Je sais que je suis tellement chanceux», a déclaré Deslières lors d’un récent appel d’Anaheim où l’équipe canadienne était au camp avec le numéro un mondial des États-Unis. « Nous avions acheté à son père son billet pour la voir jouer, mais malheureusement, il ne pourra pas le faire sur place. Je me sens très chanceux de voyager avec l’équipe et d’avoir cette chance. »

Les duos olympiques parent-enfant sont rares, mais le Canada en a vu quelques-uns au fil des décennies. Il y en a deux des Jeux olympiques de Rio, la tireuse Lynda Kiejko (2016, 2020) et son défunt père, le tireur Bill Hare (1964), et la nageuse Kennedy Goss (2016) et son père, la nageuse Sandy Goss (1984, 1988). Si l’équipe canadienne masculine de basket-ball se qualifie pour Tokyo, Andrew Wiggins rejoindra sa mère, sprinteuse en athlétisme, Marita Payne (1984, 1988).

Marie-Claude Deslieres, à l’extrême droite, avec d’autres membres de l’équipe canadienne de water-polo aux Jeux panaméricains de 1999 à Winnipeg. (Paul Chiasson/Presse canadienne)

N’a pas été obligé de jouer

Alors, y avait-il une pression pour qu’Axelle rejoigne l’entreprise familiale ?

« C’était un choix », a déclaré Crevier. « J’ai été présenté très jeune. C’était déjà dans ma vie puisque je suis le plus jeune frère et j’allais encore à l’entraînement avec ma sœur et mon frère, mais j’ai choisi quand j’étais plus vieux. »

Deslières a déclaré que ses trois enfants ont dû apprendre à nager.

« C’était la ligne de base », a déclaré Deslières. « Quand ils étaient fatigués de nager – après un an – je voulais toujours qu’ils soient dans l’eau et j’ai dit: » Hé, j’ai un jeu fantastique à vous montrer, il est plein d’amis et il y a un ballon « , et ils sont tombés amoureuse du jeu. Axelle a commencé à l’aimer toute seule, elle a commencé à développer de très bonnes compétences et j’ai vu qu’elle avait un grand potentiel. »

Crevier est l’un des plus jeunes joueurs de l’équipe canadienne. Ailier ou pilote, c’est elle qui se déplace à l’extérieur, passe le ballon ou tire à distance. Elle a remporté des médailles lors d’événements de la FINA aux niveaux junior et senior, y compris une quatrième place aux championnats du monde 2017 et des médailles d’argent à la super finale de la Ligue mondiale de la FINA et aux Jeux panaméricains de 2019. Ce dernier a aidé le Canada à obtenir un billet pour Tokyo, la première apparition olympique du pays dans ce sport depuis 2004.

L’expérience olympique de Deslières en tant qu’athlète est douce-amère. Elle a réalisé un rêve de toujours, mais elle n’a pas ramené de médaille à la maison.

La Canadienne Emma Wright marque contre les États-Unis aux Jeux panaméricains de 2019 au Pérou. (Presse associée)

Expérience olympique douce-amère

A 34 ans, elle était mère de trois enfants lorsqu’elle est sortie de sa retraite pour « une chance de sa vie », aux Jeux de Sydney, la première fois que le water-polo féminin a rejoint le programme olympique. Axelle, la plus jeune, était encore un bébé à l’époque. Marie-Claude a réussi à le faire fonctionner car le centre d’entraînement de l’équipe était dans sa maison de Montréal et son mari Richard était à bord.

Le Canada, qui avait battu les États-Unis pour l’or aux Jeux panaméricains de 1999, est entré à Sydney en tant que favori des médailles, mais est finalement reparti avec une cinquième place.

« Nous n’avons pas réalisé ce que nous voulions faire, nous n’avons pas concouru aussi bien que prévu, donc c’était une grosse, grosse déception », a-t-elle déclaré. « Maintenant, je peux dire que je suis heureux d’y être allé, mais il m’a fallu beaucoup de temps pour m’en remettre. Les Jeux olympiques n’étaient pas une grande expérience pour moi à ce moment-là. »

Elle espère que ce sera différent pour Crevier, bien que la préparation de l’équipe, comme la plupart des athlètes du monde entier, ait été difficile en raison de la pandémie. Avec les restrictions au Canada, l’équipe a dû voyager à l’étranger pour se tester avant les Jeux olympiques.

‘Tour du monde’

« Nous sommes en tournée mondiale », a plaisanté Crevier, notant le camp et la série d’exhibition de l’équipe en Californie, suivis d’un arrêt en Italie, puis de la Super Finale de la Ligue mondiale, un tournoi de huit nations à Athènes (et le premier vrai concours dans 18 mois). De là, ils s’entraîneront en Europe et finiront par se rendre à Tokyo pour les Jeux.

« Nous devions sortir du pays à un moment donné pour voir où nous en étions. Nous nous entraînons comme des fous depuis deux ans, mais nous ne savons pas si cela va fonctionner. Nous devons essayer nos systèmes et nos tactiques contre de vraies équipes », a-t-elle déclaré. « Nous ne pouvions pas aller aux Jeux olympiques sans cette préparation pour être prêts. Nous en avions besoin. »

Malgré ses propres réalisations en tant que joueuse, Deslières est une maman d’abord et rayonne à l’idée de sa plus jeune aux Jeux olympiques.

« Cela veut dire qu’elle a atteint son objectif, a dit Deslières. « Et je suis une mère très fière. »

#Axelle #Crevier #waterpolo #heureuse #suivre #sillage #olympique #mère

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *